BFM Business

SNCM: la commande de 4 nouveaux navires compromise

Les remboursements de la SNCM ont été repoussés d'un an

Les remboursements de la SNCM ont été repoussés d'un an - -

Les deux principaux actionnaires de la SNCM, l'Etat et Transdev, ont refusé de confirmer la commande de 4 navires au chantier STX de Saint-Nazaire, ce qui rend caduque cette commande.

Les deux principaux actionnaires de la SNCM, l'Etat et Transdev, ont refusé de participer au vote sur la prolongation de la lettre d'intention pour la commande de 4 navires au chantier STX de Saint-Nazaire, ce qui rend caduque la lettre à partir de lundi, a appris l'AFP auprès des représentants des salariés.

La confirmation de la commande de quatre navires auprès du chantier naval STX était réclamée par les syndicats.

"Les masques tombent"

Selon Maurice Perrin, délégué syndical CFE-CGC et représentant des actionnaires salariés au conseil de surveillance (CS), les représentants de Transdev et du gouvernement sont sortis lors de cette question, empêchant que la quorum nécessaire ne soit atteint.

"Mécaniquement, la lettre sera caduque lundi", a-t-il précisé. "L'Etat se déjuge, les masques tombent", a-t-il estimé, rappelant que le gouvernement avait voté la lettre et lancé une mission sur la recherche de financement. "Ca justifie largement le conflit, la mobilisation", a-t-il ajouté, alors qu'une large intersyndicale, dont seul le syndicat des travailleurs corses (STC) est exclu, mène un grève reconductible depuis mardi, une première en saison estivale.

Transdev n'était pas favorable à une telle confirmation, nombre de questions sur le financement de l'acquisition des navires restant en suspens.

"Revirement de l'Etat'

Le CS a en revanche voté pour le report d'un an de l'échéance des avances de trésorerie.

Ces avances de trésorerie s'élèvent à 103 millions d'euros (en deux tranches de 73 et 30 millions d'euros) de Transdev à la SNCM, ainsi que de respectivement 14 et 10 millions d'euros de Veolia et de l'Etat (via la CGMF) à la SNCM, a précisé à l'AFP une source proche du dossier.

Les organisations syndicales dénoncent un "revirement de l'Etat" sur le plan industriel de relance de la SNCM mis en place depuis 18 mois. Ce plan, longtemps soutenu par le gouvernement, prévoit un pacte social qui a été enclenché, avec 500 suppressions de postes (sur 2.600) et une augmentation du temps de travail.

La contrepartie industrielle, la commande de quatre navires plus performants, a en revanche été arrêtée net lors de nomination d'Olivier Diehl à la tête de la compagnie, un dirigeant choisi par Transdev, actionnaire principal et l'Etat. Une décision justifiée par l'état des finances de la compagnie et la lourde sanction de l'Union européenne, qui demande à la compagnie de rembourser 440 millions d'euros d'aides publiques jugées illégales.

De son côté, l'Etat a annoncé des "discussions" avec la Commission européenne pour trouver une solution à cette menace de remboursement.

"Nous devons trouver des solutions qui nous permettent d'éviter que la SNCM ne soit pas dans un entre-deux crises permanent", avait souligné cette semaine le secrétaire d'Etat aux Transports, Frédéric Cuvillier, affirmant "avoir engagé une négociation avec la Commission européenne".

La CFE-CGC a jugé un peu plus tôt dans l'après-midi que M. Cuvillier "recherche et porte l'entière responsabilité de la prolongation du conflit" après le report à lundi en visio conférence d'une rencontre, initialement prévu de visu jeudi, puis vendredi, avec les représentants syndicaux.

J. H. avec AFP