BFM Business

Ryanair: la sécurité une nouvelle fois remise en cause

Ryanair a déjà été épinglé plusieurs fois pour sa politique de sécurité.

Ryanair a déjà été épinglé plusieurs fois pour sa politique de sécurité. - -

La compagnie aérienne a créé la polémique, jeudi 14 août, en licenciant un pilote qui avait critiqué la politique de l'entreprise en matière de sécurité. Ce n'est toutefois pas la première fois que l'entreprise est accusée de négligences.

Une fois de plus, la compagnie à bas coût Ryanair crée la polémique. L'entreprise a annoncé jeudi le licenciement d'un pilote ayant critiqué la sécurité au sein de la compagnie. "La compagnie a mis fin aujourd'hui au contrat de M. (John) Goss avec effet immédiat" et a "demandé à ses avocats de lancer une procédure judiciaire" contre le pilote, a indiqué l'entreprise dans un communiqué.

Quelques heures plus tard, le ministre français des Transports, Frédéric Cuvillier a réagi. "Il y a des précisions qui sont données en disant qu'on dissuade les pilotes de faire état des incidents de vol, ce qui est pourtant une obligation", a-t-il expliqué sur France-Info. "Puisque ces allégations sont formulées, alors il faut qu'elles soient étayées (...) je demande que nous puissions avoir des éclaircissements", a-t-il poursuivi.

Une émission de télé qui a mal tourné

En cause, "les contributions diffamatoires (du pilote) dans la récente émission Dispatches sur la chaîne britannique Channel 4" consacrée à la sécurité de la compagnie irlandaise. Cette émission intitulée "Ryanair: secrets en provenance du cockpit", et diffusée lundi soir, faisait état de craintes de certains pilotes de la compagnie concernant sa politique en matière de carburant.

Selon un sondage réalisé par l'association The Ryanair Pilot Group (RPG), une grande majorité des pilotes de Ryanair (88,8%) considèrent que la compagnie n'a pas "une culture de la sécurité ouverte et transparente". 1.093 commandants et copilotes ont répondu à ce sondage, soit près d'un tiers des effectifs. Ryanair, qui a critiqué une étude "dépourvue d'indépendance, d'objectivité et de fiabilité", a annoncé mardi qu'elle allait poursuivre en justice Channel 4.

Peu de carburant embarqué

Ce n'est pas la première fois que la compagnie aérienne, qui emploie quelques 2.625 pilotes, est accusé de négliger la sécurité. Le 12 août dernier, la Tribune de Genève, dévoilait un rapport de la commission d'aviation civile espagnole.

Ce texte signalait que la compagnie avait tendance à faire des économies sur tous les leviers possibles. Y compris le carburant. C'est ainsi que le 14 mai 2010, sur le vol Londres-Alicante, le capitaine de 27 ans et son co-pilote de 22 ans n'étaient même pas sûr que l'appareil contienne encore suffisamment de kérosène pour atterrir. Les accusations brandies par ce rapport avaient alors été balayées d'un revers de la main par Ryanair.

En 2012, le syndicat allemand de pilotes Cockpit dénonçait les pratiques de la compagnie qui mettait "une pression intense", sur les pilotes pour voler avec le moins possible de carburant embarqués, comme l'expliquait alors France 24.

Par ailleurs, selon le Financial Times, les pilotes employés par RyanAir sont incités, via la politique de rémunération, à faire preuve de productivité. Une partie de leur rémunération est effet basée sur leurs heures de vol.

Cette course à la rentabilité au détriment de la sécurité a aussi valu à l'entreprise d'être moquée par le site LeGorafi.fr, qui donne de fausses informations parodiant l'actualité réelle. Ainsi ce dernier affirme que la compagnie songe à proposer au passager de piloter eux-même leurs avions…

J.M. et M. P. avec AFP