BFM Business

Renault/Fiat : « A la bourse, Renault est valorisé moins que zéro »

Le constructeur français pourrait fusionner avec l’italo-américain Fiat-Chrysler. Une bonne opportunité, tant Renault semble sous-cotée.

C'était le coup tonnerre du début de semaine. Fiat-Chrysler a proposé une fusion avec Renault. « C’est un très bon moment pour Fiat, c’est une proposition qui fait du sens » témoigne Emeric Préaubert, Cofondateur et Président de Sycomore AM, actionnaire de Renault sur le plateau de Good Morning Business.

Mais est-ce vraiment intéressant pour le groupe français. Pas sûr, car il n'est pas vraiment en position de force. « A la bourse, Renault est valorisé moins que zéro » assure Emeric Préaubert.

« La capitalisation boursière de Renault, aujourd’hui, c’est 15 milliards d’euros » détaille-t-il. « Renault détient 44% de Nissan, cela représente 11 milliards d’euros. Il y a ensuite 3 milliards de cash dans le bilan de Renault. Que reste-t-il ? la filiale de crédit qu’on peut valoriser à 7 milliards d’euros. Il reste encore 2% de Daimler, valorisés à 1 milliard. On arrive donc à 22 milliards, avant la contribution de la branche automobile. Renault est donc valorisé à la bourse à une valeur négative de l’ordre de 7 milliards, ce qui est totalement aberrant. »

« Ce petit calcul, cela fait un certain temps qu’il se vérifie » poursuit Emeric Préaubert. « Les investisseurs ont du mal à valoriser normalement Renault car la structure de la gouvernance est complexe, qu’il y a des tensions avec Nissan depuis longtemps… »