BFM Business

Quel coût des intempéries pour les transports?

Pour les compagnies aériennes, la facture peut se chiffrer à plusieurs dizaines de millions d'euros

Pour les compagnies aériennes, la facture peut se chiffrer à plusieurs dizaines de millions d'euros - -

Ce mercredi 13 mars, la France subit encore les conséquences de l'épisode neigeux de mardi. Ces intempéries peuvent coûter très cher aux entreprises de transports. Voici des exemples.

L’épisode neigeux qui frappe, depuis mardi 12 mars et encore ce mercredi 13 mars, une partie de la France, affecte particulièrement les activités de transport. Retards ou annulations de vols depuis Orly ou Roissy, trafic paralysé à la SNCF, camions qui patientent sur les aires d'autoroutes... Quel peut être le coût pour les entreprises?

Lors de l'épisode neigeux de décembre 2010, la Fédération des transports routiers (FNTR) avait chiffré à 150 millions d'euros l'impact total sur son secteur, en tenant compte de la perte de chiffre d'affaires, du stockage des marchandises et du coût des heures supplémentaires des conducteurs bloqués.

Du côté des compagnies aériennes, la facture s'était élevée pour la même période à 70 millions d'euros pour Air France-KLM, et 20 millions pour EasyJet. Ces sociétés doivent mobiliser du personnel, réserver des chambres d'hôtel. Et la plupart du temps, elles proposent le report des vols sans frais.

Des entreprises mal couvertes face aux risques

Les sociétés d'autoroute sont, elles aussi, fortement impactées. Elles doivent déneiger, mobiliser du matériel alors que les recettes des péages fondent.

Enfin, la SNCF a investi 90 millions d'euros en 2011 pour moderniser son réseau face aux intempéries. Mais la société nationale ne communique pas sur le coût financier d'un épisode neigeux.

Pour Jean-Louis Bertrand, directeur du développement chez Meteoprotect, société spécialisée dans l'assurance des risques climatiques, les entreprises de transport, qui serrent leurs marges au maximum, sont encore très mal couvertes pour les risques d'intempéries.

Hélène Cornet