BFM Business

Quatre mois après son arrivée, le patron de Keolis Patrick Jeantet est mis à la porte

A peine 4 mois après son arrivée à la tête de l'opérateur de transports publics, filiale de la SNCF, le président du directoire est démis de ses fonctions.

Quatre mois seulement après son arrivée, le conseil de surveillance de l'opérateur de transports publics Keolis, filiale à 70% de la SNCF, a démis de ses fonctions son patron Patrick Jeantet en raison de "divergences stratégiques importantes", a indiqué l'entreprise mardi.

"Un processus de recrutement va être initié sans délai pour nommer un nouveau président du directoire", a précisé Keolis dans un communiqué.

C'est une véritable surprise. Patrick Jeantet a dirigé de 2016 à 2019 SNCF Réseau, la branche du groupe chargée de la gestion de l’infrastructure, et il avait pris les rênes de Keolis à la demande de Jean-Pierre Farandou, le nouveau patron de la SNCF qui avait dirigé Keolis avant cette nomination.

Approche autoritaire

Mais il semblerait que Patrick Jeantet se soit vivement opposé à la feuille de route stratégique fixée par le conseil de surveillance. On lui reprocherait également des relations tendues avec le président de ce même conseil, Joël Lebreton, et une approche de management très autoritaire.

Au point que selon Les Echos, des administrateurs indépendants auraient menacé de démissionner.

Ce limogeage fragilise en tout cas l'entreprise qui comme tout le secteur traverse une passe difficile et est en négociations pour obtenir un crédit bancaire. De l'aveu même de Patrick Jeantet, Keolis dispose d'une réserve de trésorerie jusqu'à fin juin. 

OC avec AFP