BFM Business

Qantas prêt à offrir des vols illimités pour accélérer la vaccination en Australie

Qantas veut relancer les long-courriers

Qantas veut relancer les long-courriers - William West - AFP

La campagne de vaccination peine à décoller dans le pays, retardant ainsi la réouverture des frontières. Pour la principale compagnie aérienne, la reprise des vols est pourtant vitale.

La plus grande île du monde est bien isolée. En Australie, les frontières extérieures sont toujours fermées avec des exceptions pour les citoyens australiens, les résidents permanents et, depuis le 19 avril dernier, les voyageurs qui ont passé au moins 14 jours en Nouvelle-Zélande. 

Des critères limitants qui désespèrent Qantas, principale compagnie aérienne du pays, alors que l'Etat australien n'envisage pas une réouverture des frontières avant mi-2022. Si Qantas peut compter sur ses vols intérieurs dans un pays grand comme 14 fois la France, la suppression des long-courriers devrait entraîner une perte d'1,5 milliard de dollars pour l'exercice 2021 qui se termine en juin. 

Une seule solution pour accélérer le déconfinement de l'île : la vaccination des 25 millions d'habitants. Mais comme plusieurs pays préservés par la pandémie (moins de 1000 morts jusqu'à présent) grâce à une politique stricte, la campagne de vaccination a franchement du mal à décoller. Les effets secondaires (certes rares) du vaccin AstraZeneca ont refroidi certains Australiens si bien que Qantas entend stimuler la demande. 

Des bons, des points et des "méga-prix"

Interrogé sur la chaîne 9News, son PDG promet un vaste plan incitatif pour le mois de juillet: des réductions, des bons de vols, des points de fidélité et même 10 "méga-prix" à gagner. Ces prix offriront "pour l'année, pour une famille de quatre personnes, des voyages illimités sur le réseau Qantas et Jetstar, n'importe où sur le réseau." Il a ajouté qu'Accor offrirait aussi de quoi héberger les familles en question. Evidemment, la condition pour y participer est d'être vacciné ou de se faire vacciner avant la fin de l'année… 

Qantas n'est d'ailleurs pas seule à s'inquiéter, de nombreux chef d'entreprises craignent que l'Australie ne devienne un Etat "ermite" alors que l'Europe et les Etats-Unis commencent à sortir la tête de l'eau. 

Pour autant, la bonne volonté de la population n'est pas l'unique problème. Le gouvernement revoit de mois en mois ses objectifs. Le pays, qui s'appuie principalement sur AstraZeneca, était au cœur du bras-de-fer entre le laboratoire et l'Union européenne lorsque l'Italie a décidé de bloquer des doses destinées à rejoindre l'île. Ajoutés à cela les retards de production d'AstraZeneca et les cas de caillots sanguins qui ont décidé le gouvernement à se tourner davantage vers Pfizer… Le pays espère désormais rattraper son retard.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business