BFM Business

PSA: Macron juge excessive la rémunération de Tavares

Emmanuel Macron a indiqué que l'État continuerait de voter contre "les niveaux de rémunération excessifs".

Emmanuel Macron a indiqué que l'État continuerait de voter contre "les niveaux de rémunération excessifs". - Lionel Bonaventure - AFP

"Le ministre de l'Économie estime que le patron de constructeur français, qui a touché plus de 5 millions d'euros en 2015, "a tort de faire abstraction de la sensibilité des Français" sur le sujet. "

Le quasi-doublement de la rémunération de Carlos Tavares continue de faire des vagues, y compris au sein du gouvernement. Emmanuel Macron a en effet exprimé sa position sur le sujet mercredi, dans un entretien au Parisien/Aujourd'hui en France.

"L'État a une doctrine qui s'applique à Carlos Tavares comme à tous les dirigeants d'entreprises dont il est actionnaire: il vote contre les niveaux de rémunération excessifs comme celui-ci", y rappelle le ministre de l'Économie. 

"A titre personnel, je pense que Carlos Tavares a tort de faire abstraction de la sensibilité des Français sur ce sujet. Il devrait y réfléchir davantage", poursuit-il, prenant pour exemple le cas de Louis Gallois qui, lorsqu'il était à la tête d'Airbus, "avait refusé un tel niveau de rémunération". 

"La responsabilité et l'éthique ne se règlent pas par la loi"

"Je pense que la responsabilité et l'éthique ne se règlent pas par la loi, mais par l'exemple que l'on donne", conclut Emmanuel Macron. Tout en rendant hommage au travail accompli par Carlos Tavares, un "bon manageur, en train de réussir la transition de l'entreprise".

Pour rappel, le patron du premier groupe automobile français a reçu un salaire de 5,24 millions d'euros en 2015, selon le document de référence de l'entreprise publié vendredi. En 2014, sa rémunération s'était établie à 2,75 millions d'euros. Cette forte progression est principalement due à l'accroissement de la "part variable" du salaire basée sur l'évolution des résultats. Or, PSA a connu une excellente année 2015, bouclant même en avance son plan de reconstruction.

Y.D. avec AFP