BFM Business

PSA/Fiat: Carlos Tavares répond à la polémique sur la domiciliation aux Pays-Bas

Sur le plateau de Good Morning Business, le patron de PSA réfute tout enjeu fiscal dans ce choix.

Si la fusion entre PSA et Fiat Chrysler (FCA) va jusque au bout, la nouvelle entité sera installée aux Pays-Bas. Un choix qui fait polémique en France et en Italie et qui se justifierait par des choix fiscaux.

Une critique rejetée par Carlos Tavares, PDG de PSA, sur le plateau de Good Morning Business sur BFM Business. "D'abord parce que c'est un pays qui exprime une certaine forme de neutralité et que c'était important dans une entreprise multinationale au sens noble du terme, au sens de la diversité du terme, elle puisse clairement s'afficher dans un pays qui a une image de neutralité".

Et de souligner: "il n'y pas d'enjeu fiscal puisque (comme vous le) savez, à partir de 2021, les conventions qui sont passées entre les Pays-Bas et le reste de l'Europe font qu'il n'y a pas d'avantage fiscal à aller aux Pays-Bas. Donc il n'y a pas de dimension fiscale liée à cette décision mais plutôt une approche de neutralité de manière à ce que chacun y trouve son compte".

De quoi convaincre les syndicats? "C'est déjà un premier mauvais signal, si je peux me permettre, à moins qu'on ne m'explique qu'aux Pays-Bas il y a une raison particulière" de s'implanter "pour trois entreprises dont aucune n'est néerlandaise", a ainsi ironisé Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, avant d'ajouter: "C'est objectivement scandaleux".

Olivier Chicheportiche