BFM Business

Pourquoi l'Autriche va fixer un tarif minimum de 40 euros pour les billets d'avion

Un avion d'Austrian Airlines (photo d'illustration).

Un avion d'Austrian Airlines (photo d'illustration). - Alexander Klein - AFP

La coalition du chancelier conservateur Sebastian Kurz, qui gouverne avec les écologistes, a ainsi fixé à 40 euros le prix plancher pour un billet d'avion. Dans le viseur: les casseurs de prix et le "dumping social".

Le gouvernement autrichien a annoncé lundi une série de mesures pour le transport aérien qu'il veut "plus durable" et qui se verra notamment imposer un prix de vente minimum des billets d'avion fixé à 40 euros, ainsi qu'une taxe sur les trajets court courrier.

La coalition du chancelier conservateur Sebastian Kurz, qui gouverne avec les écologistes, a également confirmé son accord à un plan de sauvetage de la compagnie autrichienne Austrian Airlines (AUA), filiale de Lufthansa, qui va recevoir 450 millions d'euros d'aides publiques.

Ce plan sera composé de financements directs (150 millions) et de prêts garantis par l'Etat (300 millions) afin d'aider le transporteur à se relever de la crise du coronavirus.

Objectifs climatiques 

Le gouvernement, qui affiche des objectifs climatiques ambitieux pour les prochaines années, a assorti cette annonce d'une série de mesures ayant pour but de rendre le "transport aérien durable et socialement équitable".

"Il ne sera plus possible de proposer des billets dont le prix est inférieur aux taxes et aux frais réels. En Autriche en moyenne, cela veut dire à 40 euros", a indiqué la ministre de l'Environnement Leonore Gewessler (Verts) en dévoilant l'introduction prochaine d'un prix de vente minimum pour les billets d'avion.

Ryanair et EasyJet dans le viseur

"Il n'y aura plus à l'avenir de tickets à bas coût sur le dos du climat et des salariés. Dans l'UE, nous sommes pionniers contre le dumping des low-cost", a assuré la ministre. Dans le viseur, on peut évidemment citer Ryanair, très critiqué pour sa gestion de la crise sociale. 

Le gouvernement veut également instaurer une taxe de 30 euros pour tous les trajets effectués en avion sur une distance de moins de 350 kilomètres.

Thomas Leroy avec AFP