BFM Business

Pourquoi Airbus peut encore dépasser Boeing en 2015

L'an dernier Airbus avait remporté au sprint final le duel face à Boeing

L'an dernier Airbus avait remporté au sprint final le duel face à Boeing - Leon Neal - AFP

Au premier trimestre, le groupe européen a enregistré 101 commandes nettes selon des chiffres rendus publics ce mardi 7 avril, soit un peu moins que son rival américain. Mais l'histoire récente montre que les ventes d'Airbus s'envolent souvent en fin d'année...

L'éternel duel Airbus-Boeing va-t-il une nouvelle fois illustrer la fable du lièvre et de la tortue? Pour cette édition 2015, la première manche est, en tout cas, remportée haut la main par le groupe de Seattle.

Les deux rivaux ont, en effet, fait les comptes pour le premier trimestre. Résultat: Airbus accuse légèrement le coup face à Boeing, avec 101 commandes nettes enregistrées entre le 1er janvier et le 31 mars contre 110 pour son concurrent d'outre-Atlantique. Côté livraisons l'écart est encore plus conséquent avec 184 unités pour Boeing et 134 pour Airbus.

Des ventes qui s'étaient envolées fin 2014

Mais si Boeing a remporté cette première bataille, la guerre est, elle, encore loin d'être pliée. L'année dernière à la même époque, Boeing avait déjà glané plus de commandes qu'Airbus au premier trimestre et la différence était alors bien plus conséquente (235 pour l'Américain contre 103 pour l'Européen).

Durant quasiment toute l'année 2014, Airbus était alors resté loin derrière son rival. Sauf que la fin d'année, période propice aux commandes, avait permis à l'avionneur européen de refaire son retard. Au final Airbus avait, à la surprise générale, réussi à devancer Boeing sur le nombre de commandes totales, avec 1.456 unités, contre 1.432 pour Boeing.

Aucune commande pour l'A380

Boeing s'était néanmoins consolé avec les livraisons, point ô combien important puisque c'est à la livraison que les avionneurs sont payés par leurs clients. Le groupe américain avait alors enregistré 723 livraisons contre 629 pour Airbus.

Par ailleurs, les chiffres commerciaux livrés par Airbus brillent par l'absence de commande sur l'A380, son plus gros modèle, qui fait actuellement l'objet de rumeurs quant à une éventuelle remotorisation pour arriver à un appareil plus économe en carburant. Ce qui est d'ailleurs très fortement souhaité par le principal client d'Airbus sur cet appareil, la compagnie de Dubaï, Emirates.

J.M.