BFM Business

Pollution: un autre modèle de Renault aurait dépassé les normes

L'Espace 5 de Renault, ici au salon de l'Automobile de Paris en 2014, serait également mise en cause

L'Espace 5 de Renault, ici au salon de l'Automobile de Paris en 2014, serait également mise en cause - Miguel Medina - AFP

Après le Captur, la commission technique du ministère de l'Écologie aurait détecté deux autres modèles qui dépasseraient largement les normes européennes d'émissions de gaz polluants, selon Les Échos: l'Espace 5 de Renault. L'Opel Zafira est également pointée du doigt.

Le nombre de véhicules suspectés de dépasser les normes européennes d'émissions d'oxyde d'azote et de CO2 s'alourdit. La semaine dernière, la révélation, via un tract de la CGT, d'une intervention de la répression des fraudes sur plusieurs sites de Renault avait fait plonger le cours de Bourse du constructeur.

Finalement, la ministre de l'Écologie Ségolène Royal avait volé au secours du groupe au losange en assurant qu'il n'y avait aucune triche. Elle avait néanmoins révélé que les tests conduits par la commission technique mise en place par son ministère à la suite du scandale Volkswagen révélaient que des véhicules de Renault dépassaient les normes européennes d'émission de gaz polluants.Ce qui avait justifié l'intervention de la DGCCRF.

Il s'agissait plus exactement du Renault Captur, l'un des best-sellers du constructeur. Et, selon les Échos, un autre modèle du groupe français dépasserait largement les normes européennes. Il s'agit de l'Espace 5, sorti au printemps dernier. Renault n'est pas le seul constructeur mis en cause puisque, toujours selon le quotidien, l'Opel Zafira est également concernée.

Deux problèmes techniques

Les Échos précisent que l'Espace 5 a dépassé les normes européennes à la fois lors de tests en laboratoire qu'en conduite sur route. Le quotidien économique explique ensuite que les automobiles en cause de Renault font face à deux problèmes. Le premier, dû à un défaut technique, empêche le bon fonctionnement du système de dépollution et nécessite une simple mise à niveau. Le deuxième est plus complexe: le système de dépollution intégré dans les deux Renault concernés aurait tendance à moins bien fonctionner lorsque la température est trop basse au niveau de l'arrivée dans le moteur.

Lundi, le directeur commercial du groupe, Thierry Koskas a en tout cas annoncé que la marque au losange allait présenter dans les prochaines semaines "un plan technique" devant permettre de réduire les émissions par rapport aux niveaux constatés.

J.M.