BFM Business

Plan de soutien à l'automobile: ce que doit annoncer Emmanuel Macron

Ce plan concernera "la souveraineté industrielle", la transition vers les véhicules propres via des incitations à l'achat, ainsi que la préservation de la compétitivité du secteur, qui représente 400.000 emplois directs.

L'Etat entre dans la phase 2 de son plan de déconfinement et va orienter davantage ses efforts vers la lutte contre les conséquences économiques de la crise, avec mardi l'annonce d'un plan de soutien à la filière automobile, durement touchée par deux mois de confinement.

Le président Emmanuel Macron se rend dans l'après-midi dans une usine de l'équipementier Valeo à Etaples, près du Touquet (Pas-de-Calais), pour annoncer (vers 16h30) un plan qui touche, selon une source proche de l'exécutif, à "la souveraineté industrielle", à la transition vers les véhicules propres, et à la préservation de la compétitivité du secteur, qui représente 400.000 emplois directs, et 900.000 en comptant les services.

Avant son déplacement, le chef de l'Etat doit recevoir en début de matinée à l'Elysée Jean-Dominique Sénard, le président de Renault, trois jours avant le dévoilement du plan d'économies de deux milliards d'euros du groupe en difficulté, dont l'Etat détient 15% du capital. 

Faire revenir les clients, une urgence

Emmanuel Macron doit ensuite recevoir les acteurs de la filière automobile (constructeurs comme Renault, PSA ou Toyota, équipementiers et partenaires sociaux) pour faire le point sur l'impact de la crise et les moyens d'en sortir.

Que contiendra ce plan? L’urgence est d’abord de faire revenir les clients dans les concessions, les ventes ont chuté de 89% au mois d’avril et 400.000 voitures attendent de trouver preneur.

Aides contre relocalisations

Le gouvernement va donc dégainer plusieurs mesures pour l’achat de véhicules propres :

- pour les voitures électriques, les primes sont revues à la hausse: de 6.000 à 8.000 euros pour les particuliers, elles vont repasser à 6.000 euros pour les professionnels.

- le gouvernement va aussi mettre en place pour la première fois un bonus de 2.000 euros pour l’achat de véhicules hybrides rechargeables.

- enfin pour les véhicules essence et diesel les moins polluants, la prime à la conversion va être élargie pour toucher plus de Français et plus de modèles.

Mais le gouvernement veut aussi soutenir la trésorerie des PME et des ETI pour qu’elles puissent continuer à se moderniser via des aides à l’investissement dans le numérique et la robotisation.

En échange de ces aides, les constructeurs devront relocaliser les batteries, les moteurs électriques, les piles à hydrogène et les équipements pour la voiture autonome qui seront davantage made in France.

Thomas Sasportas et OC avec AFP