BFM Business

Pirelli prêt à dire "ciao" à la Bourse de Milan

Pirelli était passé sous pavillon chinois en mars dernier

Pirelli était passé sous pavillon chinois en mars dernier - Clive Rose - Getty Images - AFP

A la suite d'une OPA du groupe chinois Chemchina réunissant 90% de ses actions ordinaires, le fabricant de pneus devrait être retiré de la côte d'ici le 27 octobre.Il y figurait depuis 93 ans.

Après être passé sous pavillon chinois, Pirelli va quitter la Bourse de Milan. Le groupe italien de pneus devrait prochainement faire ses adieux à la côte, au terme de l'opération publique d'achat (OPA) conduite par le groupe public chinois ChemChina.

La société Marco Polo Industrial Holding, détenue à hauteur de 65% par ChemChina, et de 35% par la holding Camfin (elle-même aux mains du groupe Rosneft et du PDG de Pirelli Marco Tronchetti Provera) a réuni 86,982% des actions ordinaires Pirelli au terme de la complexe opération qui s'est achevée mardi soir, a-t-elle indiqué dans un communiqué dans la nuit de mardi à mercredi.

Le prix d'achat des actions, annoncé de longue date, était de 15 euros par titre. Le règlement prévoit désormais que l'OPA sera prolongée de cinq journées supplémentaires, du 21 au 27 octobre, indique Marco Polo.

Depuis 1922

Ce délai devrait lui permettre de franchir le seuil des 90% d'adhésion et donc de déclencher la procédure visant à retirer Pirelli de la Bourse de Milan avant la fusion des deux sociétés. L'un des principaux actionnaires de Pirelli, la famille génoise Malacalza, avait annoncé mardi avoir elle aussi adhéré à l'opération conduite par Marco Polo et cédé ses quelque 7% dans le capital du fabricant de pneus pour quelque 498 millions d'euros.

Pirelli est coté à Milan depuis 1922. L'annonce en mars dernier de la cession aux Chinois de ce fleuron industriel avait initialement fait des vagues dans le pays. Son PDG Marco Tronchetti Provera l'avait justifiée par la nécessité de garantir son avenir et de lui éviter ainsi de devenir la "proie" d'autres investisseurs moins bien intentionnés.

J.M. avec AFP