BFM Business

Mory Ducros: Montebourg pousse Arcole à améliorer son offre de reprise

Des grèves ont actuellement lieu sur plusieurs sites de Mory Ducros.

Des grèves ont actuellement lieu sur plusieurs sites de Mory Ducros. - -

Arcole Industries, actionnaire principal de Mory Ducros, qui menaçait de renoncer à reprendre le transporteur en raison de grèves a finalement amélioré son offre après une réunion dans la soirée avec Arnaud Montebourg à Bercy.

Mory Ducros échappe à la liquidation judiciaire. Le principal actionnaire du transporteur, Arcole Industries, qui menaçait de renoncer à reprendre le transporteur de colis en raison de grèves sur certains sites, a finalement amélioré légèrement son offre mardi 29 janvier tard dans la soirée.

Sous l'égide du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, des discussions avec les syndicats dans la soirée de mardi à mercredi à Bercy, ont abouti au dépôt effectif d'une offre de reprise par Arcole Industries. "Ce dépôt à 23H58 est le gros acquis de la soirée", a souligné le ministère.

L'offre a initiale été légèrement améliorée puisqu'elle prévoit le maintien de 2 agences et 60 emplois supplémentaires, soit une total de 50 agences sur près de 85, et 2.210 salariés au lieu de 2.150 sur plus de 5.000.

Verdict le 31 janvier

Le 28 janvier, Arcole Industries, avait menacé de retirer son offre de reprise sur l'entreprise, placée en redressement judiciaire en novembre dernier, si les grèves persistaient.

"La situation sociale au sein de Mory Ducros s'est très sérieusement dégradée dans la journée sur quelques sites essentiels au bon déroulement de l'entreprise", indique Arcole Industries dans ce courrier adressé au ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg.

"Si la situation doit rester en l'état, et notamment si la direction de l'entreprise reste paralysée, Arcole Industries sera dans l'incapacité de réitérer son offre", avertit le président du directoire d'Arcole, André Lebrun.

Lundi 27 janvier, les syndicats avaient déjà rapporté qu'Arcole menaçait de retirer son offre. La direction qualifiait alors cette information de "fausse rumeur".

Le tribunal de commerce de Cergy-Pontoise doit se prononcer le 31 janvier sur l'offre d'Arcole. Elle prévoit de reprendre 48 agences sur 85, soit 2.150 emplois sur plus de 5.000. Mais Arcole avait également demandé à ce que les employés s'engagent à ne pas entamer de nouvelles actions avant cette date.

J.M et AFP