BFM Business

Michelin doute de ses objectifs de croissance

Michelin va tenter de limiter les dégâts.

Michelin va tenter de limiter les dégâts. - Franck Fife - AFP

Votre chapeau ici

Michelin pourrait revoir ses objectifs à la baisse. Le groupe craint de ne plus être en mesure de voir ses ventes progresser de 3% sur l'année, a-t-il annoncé ce 23 septembre. C'est la situation de l'ensemble des marchés qui incite Michelin à la prudence.

Panne de la croissance en Europe, crise en Russie et faiblesse de la demande au Brésil. Au-delà de l'Amérique du Nord et de la Chine, le reste du monde tourne au ralenti, selon Michelin.

Des cours en baisse

Pour aggraver cette situation, tous les segments marquent le pas: dans l'automobile avec les activités "première monte" (voiture neuve que l'on vient d'acquérir) et de remplacement. Plus inquiétant: la baisse des ventes de 8% dans la division poids lourds. Un segment dont les marges sont très confortables.

Ces ventes décevantes vont rendre difficiles à atteindre les objectifs financiers pour l'ensemble de l'année. L'entreprise dispose de deux leviers pour limiter les dégâts. D'un côté, l'affaiblissement de l'euro face au dollar, et de l'autre la baisse du coût des matières premières.

En tout cas, cette prudence de Michelin se répercute dans tout le secteur automobile. Les constructeurs Renault et Peugeot et les équipementiers comme Valéo ont tous clôturé en forte baisse aujourd'hui à la Bourse de Paris.

Mathieu SEVIN