BFM Business

Marché de l'automobile : l'année 2012 pourrait être pire que prévue pour les constructeurs français

Le marché automobile français devrait être plus touché que prévu en 2012.

Le marché automobile français devrait être plus touché que prévu en 2012. - -

Le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) a revu ses prévisions à la baisse ce lundi 1er octobre, envisageant une chute de 12% des immatriculations de voitures neuves. Il rejoint ainsi les prévisions des constructeurs français.

L'année 2012 pourrait faire très mal au marché automobile français. Le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) a revu ses prévisions à la baisse, envisageant désormais une chute d’environ 12% des immatriculations de voitures neuves, au lieu des 8 à 10% prévus initialement.

Au Mondial de l’automobile, Patrick Blain, le président du CCFA, s’est montré très pessimiste: "Le temps passe et le temps se couvre, a-t-il déploré. La prévision se situe autour de 12% en 2012, et encore à condition que ça ne se dégrade pas dans les mois qui viennent". Il l’explique notamment par la forte baisse des ventes d’automobiles en septembre (-18,3% par rapport à septembre 2011). Par conséquent, la fourchette d'une baisse de 8 à 10% ne tient plus, selon lui.

Le CCFA peu optimiste pour 2013

Le dirigeant ne se montre pas vraiment optimiste pour l’année suivante. En 2013, l'évolution des ventes sera "au mieux stable, au pire un peu négatif, avec ensuite un long faux plat, c'est-à-dire une remontée lente vers les chiffres d'avant la crise mais pas avant quatre ou cinq ans", estime-t-il.

Le CCFA s'aligne ainsi sur les prévisions des constructeurs français, PSA, qui ont déjà exprimé leurs craintes pour l'évolution des ventes en France et en Europe au cours des prochaines années. Ces derniers en souffrent directement, puisque PSA réalise encore 61% de ses ventes en Europe, et Renault 53%.

Sur les neuf premiers mois de l'année, PSA Peugeot Citroën a décroché de 18,4% et le groupe Renault (marques Renault et Dacia) de 19,8%, cet effondrement étant à mettre sur le compte de la marque au losange (-22,9%).

De son côté, Citroën a réagi sur BFM TV à cette forte baisse des immatriculations, par l'intermédiaire de Philippe Narberuru, son directeur commercial France:

Yann Duvert et AFP