BFM Business

Les voitures de luxe vont coûter plus cher en Chine 

Les voitures de luxe sont subir une taxe supplémentaire de 10%.

Les voitures de luxe sont subir une taxe supplémentaire de 10%. - Greg Baker - AFP

Le gouvernement chinois vient d'instaurer une taxe spéciale de 10% sur l'achat de véhicules dont le prix de vente dépasse 177.000 euros. Un marché où seuls les constructeurs européens sont présents.

En Chine, les amateurs de Ferrari, Rolls-Royce voire de grosses Mercedes vont devoir passer à la caisse. Le gouvernement a décidé d'instaurer une taxe supplémentaire de 10% sur l'achat de voitures de luxe. Officiellement, il s'agit de décourager le faste ostentatoire dont font preuve élites politiques et économiques, qui se voient à nouveau incitées à afficher un mode de vie moins flamboyant. La nouvelle taxe, qui vise les véhicules dont le prix de vente dépasse 1,3 million de yuans (177.000 euros), est entrée en vigueur jeudi 1er décembre. 

Elle a pour objectif de "guider une consommation rationnelle" et de promouvoir les voitures moins gourmandes en carburant, a expliqué mercredi dans un communiqué le ministère des Finances. Le président Xi Jinping, après avoir lancé ces dernières années une vaste campagne anticorruption censée assainir les rangs du Parti communiste, s'en est pris plus récemment au mode de vie des personnalités politiques et grands patrons.

Alors que les écarts de richesses ne cessent de se creuser, l'affichage d'une fortune flamboyante (voitures, bijoux et vêtements de prix...) par des cadres gouvernementaux, des parlementaires, mais aussi par les enfants de ces derniers, déclenche régulièrement des commentaires offusqués ou sarcastiques sur les réseaux sociaux. À mille lieues de l'image d'austérité, d'honnêteté et de sacrifice que Xi entend donner de l'appareil communiste. 

Ferrari, Rolls-Royce ou Lamborghini pénalisées

Pékin avait déjà institué une taxe de 25% sur tous les véhicules étrangers importés dans le pays. La nouvelle mesure pénalisera les marques emblématique de l'ultra-luxe automobile -Ferrari, Rolls-Royce ou Lamborghini - très appréciées en Chine, où les grandes fortunes aiment à afficher des signes extérieurs de richesse. Les griffes haut de gamme allemandes (Mercedes, BMW) ne seront pas non plus épargnées.

La décision intervient à l'heure où l'industrie des voitures de luxe, après des années assombries par la campagne anticorruption, recommençait à briller: les ventes de Ferrari ont ainsi bondi de 26% au deuxième trimestre (à 160 unités).

Les marques de luxe profitent par ailleurs des robustes performances du marché automobile dans son ensemble: les ventes de voitures individuelles ont bondi de 18,7% sur un an en octobre selon la fédération professionnelle du secteur CAAM.

D. L. avec AFP