BFM Business

Le réchauffement climatique, ennemi numéro 1 de Carglass

Eric Girard était l'invité de BFM Business.

Eric Girard était l'invité de BFM Business. - BFM Business

"Éric Girard, directeur général de Carglass France, était l'invité de BFM Business. Il explique que si son secteur perd de son dynamisme, c'est la faute… de la météo."

"Le facteur principal du marché du bris de glace, c'est la météo". Éric Girard, directeur général de Carglass France, était l'invité de BFM Business et il raconte pourquoi le secteur est si peu dynamique. "Le marché a diminué de près de 25% sur son volume depuis 5 ans", notamment à cause du climat. "Il y a du bris de glace lorsqu'il y a de forts écarts de température. Un bris de glace commence toujours par un impact et il va filer s'il fait trop froid ou trop chaud. Et on n'a pas eu d'hiver", déplore Éric Girard.

Mais pourquoi Carglass communique autant sur la réparation du pare-brise plutôt que sur son remplacement? "Une réparation est en moyenne 4 fois moins chère que le remplacement", précise le directeur général de Carglass France. "Mais à 95%, le bris de glace est assuré. Si l'on considère que nos vrais clients sont ceux qui nous payent, ce sont les assureurs et mutuelles". Et il ajoute: "Les compagnies d'assurance cherchent à avoir une maîtrise de leurs coûts. Carglass, en étant dynamique sur la réparation, maîtrise ces coûts et donc nous sommes un partenaire de choix pour les compagnies d'assurance".

Être présent dans l'esprit des gens

Et pourquoi un tel matraquage publicitaire? "Statistiquement, le bris de glace arrive une fois tous les 7 ans", l'entreprise veut donc être constamment présente dans l'esprit des gens.

Carglass assure donc bien son positionnement en France. Ce qui n'empêche pas Éric Girard d'être inquiet. "Nous continuons à recruter", explique le DG de Carglass France. "Mais il est important qu'en France on prenne des mesures pour fluidifier le marché du travail". D'après lui, à cause du projet de loi El Khomri, "on est retourné au point de départ".

D. L.