BFM Business

Le premier avion de ligne chinois décollera avec un an de retard

La mise en service du moyen courrier de la Comac, le C919, devrait être retardée d'un an.

La mise en service du moyen courrier de la Comac, le C919, devrait être retardée d'un an. - -

Selon Bloomberg, l'avionneur chinois Comac serait sur le point d'annoncer un report d'un an du vol d'essai de son C919, le premier avion de ligne fabriqué par un industriel chinois.

Le C919 de la Commercial Aircraft Corporation of China (Comac) n'effectuera pas son vol inaugural comme prévu en 2014, mais un an plus tard, en 2015, selon Bloomberg. La Un report d'un an qui montre que le nouvel entrant sur le marché de la construction d'avions de ligne n'échappe pas aux déboires de ses futurs concurrents.

Cet appareil de 156 à 168 places, le premier avion de ligne chinois, doit grappiller des parts de marché à l'A320 d'Airbus et au Boeing 737. Le marché des moyen-courriers monocouloirs (deux rangées de siège, partagée par un couloir au milieu), est en effet en forte croissance. Et la Comac entend bien casser la duopole Airbus-Boeing.

Un seul client non-chinois

Elle est bien partie: 380 exemplaires de son C919 ont été commandés. Principalement par les trois grandes compagnies aériennes chinoises: Air China, China Southern Airlines. et China Eastern Airlines. Mais aussi par des unités de leasing de structures contrôlées par l'État, comme Bank of China, ICBC et Bank of Communications.

La société de location d'avions Gecas -filiale de General Electric, qui motorise le C919 en partenariat avec Safran-, reste le seul client non-chinois de la Comac, avec 20 commandes. Mais la compagnie low cost irlandaise Ryan Air s'est à plusieurs reprises dite intéressée par le C919. Elle a d'ailleurs signé un protocole d'accord pour la construction d'un C919 de 200 places. 

La date d'entrée en service du C919, prévue pour 2016, n'a pas été modifiée pour le moment. Le Wall Street Journal évoque quand à lieu un report des livraisons à 2017, au minimum. Quoi qu'il en soit, les salariés du groupe, qui travaillent douze heures par jour samedi compris depuis un an, ne sont pas près de ralentir le rythme…

Nina Godart