BFM Business

Le patron de Norwegian exclut tout rachat de sa compagnie par IAG 

IAG, qui détient notamment British Airways, envisage une offre sur la compagnie low cost Norwegian.

IAG, qui détient notamment British Airways, envisage une offre sur la compagnie low cost Norwegian. - ADRIAN DENNIS - AFP

Après avoir acquis discrètement près de 5% de son capital sur les marchés, le propriétaire de British Airways et d'Iberia envisage de faire une offre de rachat sur cette compagnie. Or, le PDG de Norwegia Air Shuttle "n'envisage pas de vendre".

Bjørn Kjos, le directeur général et principal actionnaire de Norwegian Air Shuttle est sorti de son silence, au lendemain des annonces faites par le groupe aérien IAG. "Je n'ai pas du tout envisagé de vendre", a-t-il déclaré lors de l'assemblée générale des actionnaires. 

Propriétaire notamment de British Airways, IAG a annoncé jeudi envisager une possible offre de rachat de la compagnie aérienne à bas coûts Norwegian. IAG a été contraint de publier un communiqué après des informations de presse suggérant qu'il entendait racheter la compagnie norvégienne, dont il a déjà acquis 4,61% du capital.

"L'investissement minoritaire est destiné à constituer une position afin d'entamer des discussions avec Norwegian, parmi lesquelles la possibilité d'une offre pour Norwegian", indique IAG. Le groupe précise toutefois que de telles discussions n'ont pas encore lieu et qu'aucune décision n'a été prise sur une offre.

Ces informations ont fait s'envoler le titre de Norwegian à la Bourse d'Oslo, qui a par la suite été suspendu. À la suspension à 09H36, il bondissait de 18,29% à 212 couronnes norvégiennes, ce qui valorisait la compagnie plus de 8 milliards de couronnes (850 millions d'euros).

Norwegian en zone de turbulences

Dans un communiqué distinct, Norwegian dit avoir découvert jeudi que le groupe IAG, avec lequel il ne discute pas pour l'heure, avait pris cette participation de 4,6%. "Norwegian estime que l'intérêt d'IAG pour la compagnie confirme la pérennité et le potentiel de notre modèle économique", soulignait cependant la société norvégienne.

Cette dernière traverse une mauvaise passe financière. Elle a d'ailleurs averti que sa perte se creuserait au premier trimestre en raison du prix du carburant et de l'euro. Ses dirigeants ont en outre annoncé une augmentation de capital qui doit leur permettre de lever 1,3 milliard de couronnes d'argent frais.

Maison mère des compagnies espagnoles Iberia et Vueling, britannique British Airways et irlandaise Aer Lingus. IAG est en bien meilleur forme sur le plan financier. Le groupe a engrangé une hausse de ses bénéfices en 2017 profitant d'une meilleure conjoncture et du malheur de certains de ses concurrents européens. S'il réussissait à mettre la main sur Norwegian, cela mettrait un peu plus la pression sur Air France-KLM qui depuis des années n'étend son réseau qu'avec ses propres marques sans procéder à des acquisitions.

N.G. avec AFP