BFM Business

Le fondateur d'EasyJet offre 5 millions de livres à quiconque l'aidera à annuler une commande à Airbus

La compagnie low-cost britannique a transporté 88,5 millions de passagers sur un an.

La compagnie low-cost britannique a transporté 88,5 millions de passagers sur un an. - Patricia DE MELO MOREIRA / AFP

En guerre ouverte avec la direction actuelle de la compagnie aérienne, Stelios Haji-Ioannou cherche désormais à annuler une commande de 107 avions Airbus.

Le torchon brûle entre Stelios Haji-Ioannou et la direction d'EasyJet. Le fondateur de la compagnie low-cost britannique, actionnaire principal du groupe, multiplie les attaques pour se débarrasser du président du conseil d'administration John Barton et du directeur général Johan Lundgren. Une assemblée générale est d'ailleurs prévue le 22 mai prochain pour statuer sur leur avenir, même si la décision est encore incertaine.

En attendant, Stelios Haji-Ioannou se démène pour contrecarrer la décision qui a mis le feu aux poudres. Celle d'une commande de 107 appareils A320neo d'Airbus pour une valeur de 4,5 milliards de livres sterling (5,13 milliards d'euro) en 2013. Le fondateur, qui a quitté le board de la direction en 2010 mais qui possède toujours un tiers du capital, n'a jamais accepté cette énorme commande, "inutile". D'autant plus dans ce contexte de crise de l'aérien : les échéances payables vont représenter 1,35 milliard de livres d'ici la fin de l'année, alors que la compagnie va manquer cruellement de liquidités.

A la recherche d'un vice dans le contrat

Faute d'imposer cette annulation à la direction, Stelios Haji-Ioannou cherche désormais un vice dans le contrat. Le milliardaire propose même une récompense de 5 millions de livres pour toute information qui conduirait à son annulation, et des sommes de 10.000 livres pour les informations qui l'aideraient dans sa démarche.

"Si vous êtes un employé actuel ou passé d'EasyJet, ou toute autre personne qui a vu quelque chose de suspect fait par quelqu'un au sein d'EasyJet dans ses relations avec Airbus, vous pourriez obtenir une récompense de Stelios d'une valeur allant jusqu'à 5 millions de livres" a-t-il annoncé.

Dans son viseur, les accusations de corruption soldées par Airbus notamment avec les autorités britanniques en échange d'une énorme amende, en début d'année. "Comme nous l'avons indiqué précédemment, le conseil d'administration rejette fermement toute insinuation selon laquelle EasyJet aurait été impliqué dans une irrégularité" lui a répondu la compagnie.

Thomas Leroy