BFM Business

Le coût de la grève SNCF atteint des sommets

Guillaume Pepy s'est ému du coût de la grève pour la SNCF.

Guillaume Pepy s'est ému du coût de la grève pour la SNCF. - Eric Piermont - AFP

Guillaume Pepy estime que les 23 jours de mouvement social coûteront "au moins 250 millions d'euros". Le président de la compagnie a également annoncé que la dette de la SNCF serait bientôt légalement plafonnée.

La facture est lourde pour la SNCF, après un long mouvement social qui a fortement perturbé son activité. "Notre estimation à date est que la grève a coûté au moins 250 millions d'euros à la SNCF", a en effet indiqué son président Guillaume Pepy lors d'une rencontre mercredi avec l'Association des journalistes économiques et financiers (AJEF).

Sur ce chiffre, l'essentiel est constitué par 190 millions d'euros de perte de chiffre d'affaires, à quoi s'ajoutent des remboursements d'abonnement et des pénalités payées aux clients, a-t-il précisé.

Ces chiffres ne comprennent pas les remboursements demandés par environ 20.000 clients et un effet "halo" sur le fret, un certain nombre de clients jugeant que le transport ferroviaire n'était pas suffisamment fiable, a-t-il ajouté.

Bientôt un décret pour plafonner la dette

Le dirigeant de la compagnie ferroviaire a également fait savoir que le gouvernement allait promulguer prochainement un décret plafonnant l'endettement de la SNCF dans le domaine des infrastructures.

La dette de SNCF Réseau, qui gère les voies ferrées en France, s'élève en effet à environ 40 milliards d'euros. "À partir de ce niveau de dette, tout investissement est questionnable", a déclaré Guillaume Pepy. "D'où la promulgation d'un décret règle d'or dans les prochaines semaines, qui fixera une limite absolue à cette dette de développement."

Selon lui, ce décret, qui n'est pas encore arbitré, fixera ce plafond en pourcentage du chiffre d'affaires de la SNCF, pas en valeur absolue.

Y.D. avec agences