BFM Business

Le chantier du CDG Express peut commencer

Les sénateurs ont adopté mardi soir le projet de loi de la nouvelle ligne qui reliera le centre de Paris à l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle en 20 minutes. Le plan de financement de cette nouvelle infrastructure a été clarifié.

L'Assemblée Nationale et le Sénat se sont mis d'accord. Le Projet de loi validant la création de la ligne Charles de Gaulle express a été définitivement adopté mardi soir. Cette nouvelle liaison doit mettre Paris à 20 minutes de Roissy à partir de 2023.

Le plan de financement de ce projet porté par SNCF Réseau et Aéroport de Paris et dont le coût est estimé à 1,7 milliard d'euros, a été clarifié. La co-entreprise chargée des travaux de construction et d'entretien va apporter 400 millions d'euros. ADP ajoutera à cette somme 100 millions d'euros d'avance remboursable.

Un chantier dantesque

La loi prévoit également la possibilité de faire intervenir un investisseur tiers. En l'espèce, la Caisse des dépôts. Quant à la taxe sur les billets d'avion pour les passagers en provenance, ou en partance, de Roissy, son plafond a été relevé à 1,40 euros. Mais le montant exact de ce prélèvement qui n'entrera en vigueur qu'en 2024, sera décidé ultérieurement, par décret. Le vote du Sénat intervenu mardi est d'importance car il vient clore le parcours législatif, condition indispensable pour obtenir des prêts bancaires.

Désormais, la deuxième phase peut débuter: le choix de l'exploitant et surtout le début des travaux. Un chantier qui s'annonce dantesque, vues les réserves déjà exprimées par les élus depuis plusieurs mois. En cause, les nuisances sonores à venir, la complexité des déviations de canalisations de gaz et la traversée d'espaces protégés non contournables.

Jean-Baptiste Huet, édité par N.G