BFM Business

La SNCM peut-elle bloquer la Corse?

Les paquebots de la SNCM, bloqués à quai depuis six jours, pénalisent peu le trafic de voyageurs mais plus celui du fret.

Les paquebots de la SNCM, bloqués à quai depuis six jours, pénalisent peu le trafic de voyageurs mais plus celui du fret. - -

Sixième jour de débrayage ce mardi 7 janvier pour les salariés de la Société nationale Corse Méditerranée. Si le transport de passagers ne devrait être que peu affecté par cette grève, le transport de marchandise, lui, est à la peine.

La grève à la SNCM, entamée le 1er janvier 2014, se poursuit ce mardi 7 janvier. Les salariés de la Société nationale Corse Méditerranée craignent pour l'avenir de la compagnie maritime en difficulté. Cette dernière assure la desserte Marseille-Corse dans le cadre d'une délégation de service public (DSP). En bloquant tous ses appareils à quai, a-t-elle le pouvoir d'isoler la Corse?

Concernant le transport de voyageurs, la filiale de Veolia Transdev a trop peu de parts de marché pour réellement empêcher de se rendre sur l'île ou d'en sortir. Selon l'Observatoire régional des transports de la Corse, lors des douze derniers mois, sur les 7,5 millions de passagers entrés ou sortis de l'île, plus de 44% ont pris l'avion.

Les voyageurs prennent les Corsica Ferries

Sur la grosse moitié restante, la SNCM se partage 90% des passagers maritimes avec son concurrent Corsica Ferries. Mais la société française ne détient que 25% de parts de ce marché, contre 63% pour son rival.

Le trafic de voyageurs étant traditionnellement au plus bas en janvier et février, les autres compagnies de ferries peuvent absorber sans encombre les voyageurs laissés à quai par la SNCM en ce début 2014.

C'est plus compliqué pour le transport de marchandises. Sur les douze derniers mois, près de 1,6 million de tonnes de marchandises ont été échangées entre la Corse et le continent, hors ciment, hydrocarbures et gaz, transportés sur des bateaux spécifiques. La SNCM en a transporté 33%, la Compagnie méridionale de navigation (CMN), la société d'économie mixte relevant de la collectivité territoriale de Corse, 37%, et Corsica Ferries, 28%.

Blocage total du fret

Une répartition due à la flotte de ces entreprises, souligne Bruno Battesti, le responsable de l'Observatoire régional des transports de la Corse. Les bateaux de l'ex-Méridionale sont essentiellement dédiés au transport de marchandises, comme certains paquebots de la SNCM. En revanche, Corsica Ferries ne dispose que de bateaux "mixtes", transportant des voyageurs, et éventuellement des camions et leurs chargements.

"Il y a deux ans, à la même époque, la SNCM était déjà en grève, mais Corsica Ferries et la Méridionale avaient réussi à éponger sur le fret", se souvient Bruno Battesti. Aujourd'hui, la CMN est en grève elle aussi, et le concurrent franco-italien n'est pas en mesure de compenser le déficit de trafic à lui seul...

Principaux perdants, outre la population: les producteurs de clémentines, seul produit que la Corse exporte en une telle quantité, et dont la récolte a lieu en ces premières semaines de janvier. Et les transporteurs routiers, au chômage technique. Excédé, le syndicat des transporteurs corses a d'ailleurs décrété un blocage total du fret entre la Corse et le continent pour obtenir l'instauration d'un service minimum dans ce type de situation.

Nina Godart