BFM Business

La SNCF va verser 209 millions d’euros de dividendes à l'Etat

« Cet argent devrait être utilisé pour améliorer l’information et l’indemnisation des usagers », estime l'Association des voyageurs usagers des chemins de fer.

« Cet argent devrait être utilisé pour améliorer l’information et l’indemnisation des usagers », estime l'Association des voyageurs usagers des chemins de fer. - -

Au titre de l’année 2012, la SNCF va reverser à son seul actionnaire, l’Etat, 209 millions d’euros de dividendes. Une somme record qui choque cheminots et usagers, « victimes chaque jour de dysfonctionnements » et de « conditions de transport se dégradant de plus en plus ».

L'Etat peut dire merci à la SNCF. La compagnie ferroviaire va lui reverser 209 millions d'euros de dividendes au titre de l'année 2012. C'est 5% de plus que le précédent record, atteint en 2011. Il faut dire que la SNCF a triplé son bénéfice en 2012 : 383 millions d'euros. Et depuis 2008, l’entreprise verse des dividendes à l'Etat, son seul et unique actionnaire : au total, elle a rapporté la coquette somme de 791 millions d'euros.
Des dividendes qui font polémique auprès des cheminots et des associations d'usagers, qui se sentent floués. Les quatre organisations syndicales de la SNCF pourraient d'ailleurs déposer dans les prochains jours un préavis de grève pour le 13 juin. Les syndicats entendent mobiliser contre une réforme ferroviaire en préparation et un plan d'économies décidé récemment.

« L’Etat c’est nous, les usagers »

Jean-Claude Delarue est président de la fédération des usagers des transports et des services publics : « L’Etat cherche à grappiller des sous un peu partout. Les conditions de transport se dégradent de plus en plus ; c’est ça l’urgence absolue. En réalité, l’Etat c’est nous, donc il est tout à fait normal que les usagers soient d’abord les bénéficiaires. Donc il faut non seulement que ces 200 millions soient utilisés pour améliorer le quotidien des usagers, mais il faut aussi que des sommes beaucoup plus considérables soient dépensées pour rétablir enfin ce qui était autrefois un véritable service public et qui ne l’est plus aujourd’hui ».

« Une provocation, une indécence »

Pour l'Association des voyageurs usagers des chemins de fer (AVUC), « cette annonce sonne comme une provocation, c’est une forme d’indécence, explique son porte-parole, Willy Colin. Elle annonce le versement de dividendes à l’Etat, alors qu’elle ferme tous les jours des gares et des guichets, elle abandonne des dessertes, souvent dans les territoires ruraux. Cet argent devrait être utilisé pour améliorer l’information et l’indemnisation des usagers, qui sont victimes chaque jour de dysfonctionnements ».

« Depuis qu’on leur verse des dividendes, nos salaires ne font que baisser »

« Choqué », Patrick Lame, délégué syndical FO cheminots, rappelle que « la part du dividende reversée aux cheminots, alors même que les effectifs baissent de manière incessante depuis 2008, diminue elle aussi. Le dividende de l’an dernier c’était 400 euros par cheminot ; cette année on nous parle de 364 euros bruts, soit un peu moins d’une trentaine d’euros par mois. Depuis 2008, depuis qu’on verse des dividendes à l’Etat, le salaire des cheminots n’a fait que baisser, tiré vers le bas par les accords salariaux ».

J.V. avec Marine Haÿ