BFM Business

La France ne pourra pas relocaliser toute sa production automobile

Alors que le gouvernement présentera un plan de relance de l'automobile sous 15 jours, avec notamment des incitations à l'achat, l'épineux sujet des relocalisations est aussi sur la table.

Comment relocaliser une production sans faire exploser les coûts? C'est la question à laquelle doivent répondre le gouvernement et le secteur de l'automobile dans les prochains mois. La relocalisation de cette industrie fait partie des dossiers prioritaires à Bercy. Le ministère travaillait déjà, d'ailleurs, sur le sujet dans le cadre du Pacte Productif mais "la crise ne fait qu’accélérer la réflexion" explique-t-on dans l’entourage de Bruno Le Maire.

Pour obtenir quelques réponses, le ministre va pouvoir se baser notamment sur le rapport d’Hervé Guyot, ancien dirigeant chez Faurecia et PSA, qui distribue les bons et les mauvais points à l’industrie automobile française. Le rapport a été rendu à la fin du mois de mars, en pleine crise économique.

Aucune illusion sur les petites voitures

Et l'ancien patron ne se fait, par exemple, pas d’illusion pour les petites voitures: "les écarts de coûts sont trop importants pour rapatrier des modèles comme la Clio ou la 208" explique-t-il. En revanche, "la France est compétitive pour produire des voitures plus grandes, des SUV et des utilitaires".

Le rapport se penche aussi sur la voiture électrique qui représentera 20 à 25% du marché en 2030. "La France a ses atouts" juge Hervé Guyot, sur la production de batteries, sur les moteurs électriques, sur la conversion d’énergie ou encore sur l’hydrogène.

Allègements de charges

"Mais il ne faut pas que la crise tue les dépenses d’innovation" résume-t-on à Bercy. La filière attend donc des allègements de charges et des aides à l’investissement. Mais ce sera donnant-donnant et Bruno Le Maire a été très clair avec le secteur automobile sur BFM Business: "Nous sommes prêts à vous aider, nous sommes prêts à améliorer par exemple les primes à la conversion, nous sommes prêts à regarder ce qui peut améliorer votre compétitivité sur le site de production français. La contrepartie ça doit être : quelle relocalisation est-ce que vous envisagez ?"

Thomas Sasportas avec Thomas Leroy