BFM Business

La Chine et l'Ukraine vont coproduire ce monstre plus gros que l'A380

Lancé dans les années 80 et construit à un seul exemplaire, l'Antonov AN-225 Mriya, va de nouveau être produit en Ukraine puis en Chine.

C'est une relique de l'ex-Union Soviétique qui s'apprête à prendre de nouveau les airs. La compagnie ukrainienne Antonov et la chinoise Aerospace Industry Corporation of China (AICC) ont conclu un accord pour produire un nouvel AN-225 Mriya ("Rêve" en français). Lancé en 1988, cet avion cargo à l'époque produit en un seul exemplaire est bien connu des amateurs d'aéronautique puisqu'il s'agit du plus grand aéronef à avoir pris les airs. 

Les dimensions de ce monstre des airs sont en effet encore plus impressionnantes que celles de l'A380, le plus grand avion de ligne commercial. L'AN-225 est en effet 11 mètres plus long que le gros porteur d'Airbus (84 mètres contre 73 mètres). Il est aussi 38% plus lourd (quasiment 600 tonnes).

Avec ses ses six turbo-réacteurs et son envergure de 88 mètres, ce mastodonte peut transporter jusqu'à 253 tonnes de charge sur une distance supérieure à 10.000 kilomètres. Autrement dit, ce "méga-Jumbo" serait capable de transporter dans sa soute un Airbus A340 (240 tonnes) en pièces détachées entre Toulouse et Seattle. L'Australie a par exemple récemment fait appel au seul exemplaire de cet avion pour transporter une centrale électrique de 117 tonnes d'un bout à l'autre du pays.

-
- © -

L'avionneur ukrainien Antonov va donc produire un second modèle pour la Chine avant d'en confier la production à la compagnie AICC, selon les termes de l'accord. C'est en Chine que seront produits, sous licence Antonov, à partir de 2019 les futurs exemplaires de ce cargo géant.

-
- © -

Conçu, initialement, pour transporter la navette spatiale russe Bourane, l'AN-225 prit pour la première fois son envol fin 1988 en Ukraine. Quelques mois plus tard, ce géant des airs battait au cours d'un seul vol la bagatelle de 106 records du monde dont celui de la plus grande charge utile emportée (156 tonnes) et celui de la plus haute altitude atteinte avec charge (12.340 mètres). Mais l'effondrement de l'URSS sonnera le glas de son exploitation. Et le second modèle programmé ne sortira jamais des chaînes de montage.

Depuis les années 2000, l'AN-225 a repris du service. En 2006, Antonov avait même envisagé la production d'un second exemplaire pour un coût estimé de 300 millions de dollars. Mais malgré la volonté russe affirmée en 2013 de raviver la flamme de l'industrie aéronautique de l'ère soviétique, c'est grâce à la Chine qu'un nouveau géant des airs prendra sûrement prochainement son envol.

Vidéo de l'Antonov AN-225

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco