BFM Business

L’équipementier Valeo se lance dans les véhicules électriques

VIDÉO - Au CES de Las Vegas, l’équipementier français a dévoilé un inédit prototype de véhicule 100% électrique. Conçue pour les zones urbaines, cette petite deux places pourrait être vendue moins de 8000 euros aux particuliers.

Après Renault et PSA, Valeo deviendra-t-il le troisième groupe automobile français? À l'occasion de l'édition 2018 du Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas (Nevada), l'équipementier français a révélé un prototype de véhicule 100% électrique. Pour la première fois, Valeo n'a seulement conçu les composants mais aussi le moteur de cette petite voiture.

Avec cette mini-citadine deux places, l'entreprise "s'ouvre à un nouveau métier et à de nouvelles perspectives." Le véhicule est capable d'atteindre la vitesse de 100 km/h et dispose d'une autonomie de 100 kilomètres, "suffisante pour les trajet du quotidien en zone urbaine", précise le groupe français.

Un courant basse tension de 48 volts 

Selon l'équipementier, cet inédit véhicule -rechargeable sur n'importe quelle prise de courant en quatre heures- est le premier au monde fonctionnant sous basse tension électrique (48 volts). Ce qui permet au système d'être moins coûteux indique le groupe présidé par Jacques Aschenbroich.

"Nous voulons que l'électrique soit accessible pas seulement aux stars mais aussi aux infirmières ou aux enseignants", a précisé James Schwyn, l'un des responsables du groupe en Amérique du Nord, en marge de l'ouverture officielle du CES. "La révolution (introduite par ce véhicule, ndlr), c'est que, compte tenu de son poids réduit et de sa puissance réduite, il n'y a pas besoin du système coûteux qu'est la haute tension", a-t-il ajouté.

Les véhicules 100% électriques actuels fonctionnent sous haute tension, nécessaire pour mouvoir des engins plus gros, plus lourds et plus puissants. Mais cette technologie exige des composants et des "systèmes obligatoires garantissant la sécurité des usagers des véhicules à haut voltage", explique Valeo dans un communiqué. Du coup, le système "basse tension" est plus économique et permet de revenir "20%" moins cher que les systèmes électriques courants, assure le groupe, qui a mis au point le prototype avec l'une des universités de Shanghai, en Chine.

Un véhicule à contre-courant de ses concurrents

La Chine, dont les autorités cherchent à promouvoir l'électrique, représente actuellement un marché d'un million de petits véhicules électriques à vitesse réduite, selon l'équipementier. C'est donc l'un des marchés visés par Valeo pour ce système basse tension même si l'entreprise cible de façon plus générale les marchés urbains dans le monde.

"Nous ne boxons pas dans la même catégorie (que les véhicules électriques traditionnels, ndlr) et c'est tout à fait intentionnel. Nous ne jouons pas la carte de la concurrence mais de la complémentarité", souligne Daniel Benchetrite, directeur des nouvelles mobilités, auprès du quotidien Le Parisien.

Pour remporter ce pari de la complémentarité, cette auto à l'architecture simplifiée (peu d'électronique embarquée, pas de superflu, etc.) pourrait être commercialisée à un tarif très compétitif. Selon nos confrères, le prix de 58.500 yuans est évoqué pour la Chine. Ce qui correspond à environ 7500 euros. À titre de comparaison, la Smart Fortwo électrique (deux places, 80 chevaux) est vendue à partir de 16.950 euros (bonus écologique de 6000 euros déduit).

Il y a cependant peu de chances de croiser la voiture électrique de Valeo sur les routes. Jacques Aschenbroich, le patron de l'équipementier français est catégorique: le groupe "n'a pas l'intention de se lancer dans la fabrication de véhicules".

Antonin Moriscot avec AFP