BFM Business

L’Allemagne veut des boîtes noires dans les voitures autonomes

Si l’on a beaucoup parlé de l’AutoPilot de Tesla, les constructeurs allemands comme Mercedes, Audi et BMW ont installé des dispositifs équivalents dans leurs modèles haut de gamme.

Si l’on a beaucoup parlé de l’AutoPilot de Tesla, les constructeurs allemands comme Mercedes, Audi et BMW ont installé des dispositifs équivalents dans leurs modèles haut de gamme. - Spencer Platt - Getty Images North America/AFP

Pour déterminer les responsabilités lors des accidents de la circulation, le ministère allemand des Transports propose d’utiliser des boîtes noires, comme dans les avions.

L’accident mortel à bord d’une Tesla a soulevé une question que les constructeurs ne voulaient apparemment pas voir apparaître: peuvent-ils être considérés comme responsables lorsque la conduite est prise en charge par un système d’autopilotage? Pour le gouvernement allemand, une boîte noire installée dans les voitures pourrait permettre de faire la part des choses entre le comportement du conducteur et celui du pilotage automatique. C’est la proposition faite par Alexander Dobrindt, ministre des Transports. Selon Reuters, elle sera envoyée à tous les ministères concernés pour obtenir leur approbation avant la fin de l’été.

Ce contrôleur d’activité enregistrera toutes les informations d’activité dès la mise en fonctionnement du système d’aide au pilotage. Il devra aussi détecter si les mains du conducteur sont sur le volant lorsque le système est activé.

S’agit-il de jeter l’opprobre sur Tesla, qui se positionne comme un sérieux concurrent des marques allemandes dans la voiture de demain? Pas vraiment. En effet, si l’on a beaucoup parlé de l’AutoPilot de Tesla, Mercedes, Audi et BMW ont installé des dispositifs équivalents dans certains de leurs modèles. Et l’enjeu est de taille puisqu’il s’agit de positionner l’industrie automobile allemande comme le fer de lance de la nouvelle mobilité qui jusque là est incarnée par Tesla.

Aide à la conduite ou conduite autonome?

Et le temps presse. En effet, l’ensemble des constructeurs mondiaux visent 2020 pour lancer sur le marché les premiers véhicules réellement autonomes. Il s’agit désormais de renouer la confiance du public et des autorités avec la conduite autonome. Et aux États-Unis, elle est soumise aux résultats de l’enquête.

Selon le Consumer Report, un magazine américain de défense des consommateurs, Tesla n'est pas sans reproche. L’association lui reproche d’avoir créé une confusion entre pilotage automatique et aide à la conduite et en lançant cette fonction de manière "agressive". Avant même d’obtenir les résultats de l’enquête de la NHTSA (la sécurité routière américaine), le Consumer Report demande à Tesla de désactiver l’AutoPilot sur les véhicules en circulation.

La réponse d’Elon Musk ne s’est pas fait attendre. Le patron de Tesla explique qu'il n’y a eu qu’un accident mortel sur les 200 millions de kilomètres parcourus par des Tesla avec l’AutoPilot activé. Il ne sera donc pas coupé... sauf si les autorités américaines l'exigent.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco