BFM Business

Il y aura bien une écotaxe sur les billets d’avions

-

- - Sous licence Creative Commons CC0

Elle sera de 1,50 à 18 euros sur tous les billets au départ de la France (sauf vers la Corse et l’Outre-mer) et sera opérationnelle l’an prochain. Air France décroche à la bourse.

Face à la pression pour plus d’écologie et suite au conseil de défense écologique à l'Elysée, le gouvernement prend une mesure concrète et hautement symbolique. Une écotaxe sera appliquée à tous les billets d’avion dès l’an prochain.

Elle sera de 1,50 à 18 euros sur tous les billets au départ de la France (sauf vers la Corse et l’Outre-mer et vols en correspondance). « Nous avons décidé de mettre en oeuvre une éco-contribution sur le transport aérien sur tous les vols au départ de la France », a ainsi déclaré Elisabeth Borne, la ministre française chargée des Transports.

« Depuis des mois s'exprime un sentiment d'injustice chez nos concitoyens sur la fiscalité du transport aérien. La France s'est engagée sur la voie de la taxation du transport aérien mais il y a urgence. Aussi nous avons décidé comme d'autre pays de mette en oeuvre un écocotribution progressive », souligne-t-elle. 

180 millions d’euros attendus

« Elle sera progressive et représentera une contribution d'1,50 euro par billet sur un vol intérieur ou intra européen en classe économique et pourra aller jusqu'à 18 euros sur un vol hors Union européenne en classe affaire ».

Elle sera de 9 euros pour ces vols en classe affaire, et de 3 euros pour les vols en classe éco hors UE.

« Cette mesure s'appliquera à toutes les compagnies aériennes, car il n'est pas question que notre pavillon national s'en trouve désavantagé », a précisé la ministre. 

Et d'ajouter : « Cette éco-contribution représentera 180 millions d'euros pour le transport aérien à partir de 2020 qui seront intégralement affectés au financement des transports du quotidien ».

Cette mesure sera intégrée au projet de loi de finances 2020. Mais elle secoue déjà les acteurs du secteur. A la Bourse de Paris, Air France perdait plus de 4% suite à cette annonce. Ryanair a décroché de 5% et Easyjet de 3,6%.

Air France s'étrangle

Pour Andrew Murphy, spécialiste de l'aviation au sein de l'ONG Transport & Environment à Bruxelles, cette nouvelle éco-contribution est « dérisoire par rapport aux pays voisins, comme l’Allemagne ou le Royaume-Uni.» « La taxe allemande sur les compagnies aériennes lève un milliard d'euros par an et le Royaume-Uni plus de trois milliards de livres par an », note-t-il.

Ce n'est évidemment pas l'avis de la compagnie française qui dénonce « cette nouvelle taxe (qui) pénaliserait fortement la compétitivité d'Air France, alors que la compagnie a besoin de renforcer ses capacités d'investissement pour accélérer la réduction de son empreinte environnementale, notamment dans le cadre du renouvellement de sa flotte ».

La nouvelle mesure « représenterait un surcoût de plus de 60 millions d'euros par an pour le groupe Air France, soit l'équivalent des mesures prises dans le cadre des Assises du Transport Aérien qui avaient vocation à renforcer la compétitivité du pavillon français », selon le communiqué.

Autre mesure annoncée par le gouvernement, l’Etat va réduire de 2 centimes par litre le remboursement partiel du gazole pour transport routier de marchandises. De quoi générer une contribution supplémentaire de 140 millions d'euros en année pleine qui sera entièrement affectée à l'agence de financement des infrastructures. 

la rédaction