BFM Business

"Il y a un léger impact du scandale Volkswagen sur les ventes" explique son directeur France

Le directeur de Volkswagen France, Arnaud Barral, a admis ce week-end que le constructeur avait enregistré une légère baisse de ses ventes en raison du scandale.

Le directeur de Volkswagen France, Arnaud Barral, a admis ce week-end que le constructeur avait enregistré une légère baisse de ses ventes en raison du scandale. - BFM Business

Le directeur de Volkswagen France, invité de Sport Business Club sur BFM Business samedi, a évoqué les conséquences du scandale sur les ventes du groupe, qui commencent à se faire sentir.

Volkswagen ne communique pas sur le scandale et la manière dont il s'en remet pour le moment. Le groupe qui a admis avoir trafiqué les moteurs diesel de quelques 11 millions de véhicules pour leur permettre de passer les tests anti-pollution préfère attendre la fin de l'enquête interne.

Pour autant, le directeur de la filiale française du constructeur allemand a accepté de livrer quelques informations sur BFM Business samedi, notamment sur l'impact de l'affaire sur les ventes du groupe.

"Il y a un impact. Pour l'instant, on a du mal à le mesurer. Il est à priori léger. Mais il faut être très prudent dans cette analyse", a confié Arnaud Barral, le directeur de Volkswagen France, dans Sport Business Club. En revanche, la baisse des ventes de VW du mois de septembre n'a rien à voir avec cette affaire, explique-t-il. "Le mois de septembre est peu significatif puisque ce problème est arrivé le 20 septembre. Donc le mois était fait".

Plusieurs millions de personnes sous le choc

Revenant sur les conséquences "humaines" du scandale, Arnaud Barral a souligné que les "600.000 employés du groupe et le réseau Volkswagen, qui représente plusieurs millions de personnes", ont vécu "un choc". "On traverse le scandale en étant solidaire, avec une mobilisation de tous, tout le temps, depuis trois semaines", a-t-il ajouté.

Quant à l'image de la marque, il estime impossible de savoir pour le moment si elle en a pris un coup. "C'est encore très chaud, on est dans le feu de l'actualité. On verra ça dans la durée".

N.G.