BFM Eco

Hive, un huitième opérateur de trottinettes électriques débarque à Paris

Les trottinettes Hive.

Les trottinettes Hive. - Hive

Un nouvel opérateur de trottinettes en libre-service a commencé à déployer ses engins dans Paris cette semaine, devenant ainsi le huitième service en moins d'un an à proposer des trottinettes partagées dans la capitale.

Les trottinettes continuent de gagner du terrain à Paris. Hive, un nouvel opérateur a lancé son jeudi son service de trottinettes électriques partagées dans la capitale. Hive, proposé par le duo automobile BMW et Daimler, souhaite déployer 1.000 trottinettes à Paris d'ici la fin du mois.

Comme ses différents concurrents déjà présents dans la capitale, Hive s'utilise avec une application mobile qui permet de localiser et déverrouiller la trottinette. Côté tarifs, comptez 1 euro pour débloquer l'engin puis 0,15 euros la minute, des prix qui s'alignent sur ceux pratiqués sur le marché. La zone de location s'étend quant à elle à Paris intramuros et Clichy. 

A Paris, Hive est le huitième opérateur de trottinettes en libre-service à s'installer. Le marché parisien de la trottinette en libre-service connaît un gros essor et ce en l'espace d'à peine un an. C'est en effet seulement en juin 2018 que le tout premier service, le groupe américain Lime, a commencé à déployer des trottinettes électriques en libre-service. Bord, Bolt, Wind, Voi, Tier et Flash ont ensuite suivi, proposant des trottinettes en plus ou moins grand nombre. Ce développement de la trottinette électrique n'est d'ailleurs sans doute pas fini. Selon Les Echos, trois nouveaux opérateurs se positionneraient sur le marché parisien.

Trop de trottinettes? 

A chaque fois, ces opérateurs défendent l'objectif de proposer des solutions de mobilités légères et pratiques qui peuvent servir en complément d'autres moyens de transports. L'essor des trottinettes en libre-service est salué par la mairie qui y voit aussi une opportunité pour "faciliter les déplacements de chacun" mais leur présence dans l'espace public n'est pas sans conséquences. 

Tous ces opérateurs ont beau appeler leurs utilisateurs au civisme et avoir signé une charte de bonne conduite, le stationnement sauvage des trottinettes des trottoirs est l'un des fleaux de ce nouveau moyen de transport. La multiplication des trottinettes pose d'une part la question de l'encombrement de l'espace public et celui de la saturation du marché. Avec l'arrivée de tous ces nouveaux services, y aura-t-il assez de place pour tout le monde? 

"Tout le monde ne pourra pas continuer à opérer très longtemps", reconnaît dans Les Echos Stéphane MacMillan, cofondateur et directeur France de Flash. 

A terme, les trottinettes pourraient subir le même sort que les vélos en free floating (sans borne) arrivés en nombre à Paris et qui ne comptent plus que quelques opérateurs aujourd'hui

Carole Blanchard