BFM Business

Gratuité des transports en commun: qui va payer?

La Mairie de Paris a pris en charge la gratuité des Velib' et Autolib' lors du pic de pollution.

La Mairie de Paris a pris en charge la gratuité des Velib' et Autolib' lors du pic de pollution. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Pour lutter contre la pollution, les Franciliens ont pu emprunter métro, train et bus gratuitement pendant 4 jours. Une mesure à 16 millions que la région Ile-de-France n'entend pas payer seule.

A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Du vendredi 14 au lundi 17 mars, les transports en commun ont été gratuits dans toute l'Ile-de-France en réponse au pic de pollution aux particules. Mais alors que l'atmosphère est devenue plus respirable, l'heure des comptes est venue.

Jean-Paul Huchon, le patron PS de la Région et président du Syndicat des transports d'Ile-de-France (STIF), estime que cette mesure a coûté 4 millions d'euros par jour à la collectivité, soit un total de 16 millions. Rien que pour la RATP, cela a représenté un coût de 2,5 millions d'euros par jour.

Un chiffre basé sur le manque à gagner concernant la vente des billets mais aussi sur les mesures de renforcement mises en place par les opérateurs. Car, pour transporter les automobilistes privés de voiture, davantage de trains, de métros et de bus ont été mis en circulation.

Aujourd'hui, la région Ile-de-France n'entend pas régler seule l'ardoise. Son président a réclamé, le 17 mars, une prise en charge de l'Etat. "L'objectif serait de parvenir à partager les coûts en deux parts équitables", annonce un porte-parole de la Région.

Fixer un cadre pour les autres épisodes à venir

Car cette situation est inédite et aucun cadre réglementaire n'a donc été fixé. "Cette décision (d'appliquer la gratuité, ndlr) a été prise en accord avec l'Etat car il s'agissait d'une mesure de santé publique", explique la région Ile-de-France, pour qui cette mesure d'urgence justifie un soutien financier "comme cela se fait lors de catastrophes naturelles."

Des discussions sont actuellement en cours, et l'Ile-de-France souhaite qu'elles aboutissent rapidement, car selon les spécialistes, d'autres épisodes de pollution sont à prévoir d'ici à l'été.

La Mairie de Paris a, elle aussi, pris des mesures pour venir à bout de cet épisode de pollution : Velib' et Autolib' ont été gratuits pendant 4 jours, entrainant des records d'utilisation. Le stationnement résidentiel a aussi été gratuit. Contactée, la Mairie n'a pas pourtant pas été en mesure de fournir une estimation du coût de ce dispositif ni son mode de financement.

Coralie Cathelinais