BFM Business

Fabrice Brégier (Airbus) : "Il y a un marché pour l'A380"

Fabrice Brégier répondait aux questions de BFMBusiness au Salon du Bourget ce mardi 18 juin.

Fabrice Brégier répondait aux questions de BFMBusiness au Salon du Bourget ce mardi 18 juin. - -

Le directeur exécutif d'Airbus a répondu, ce mardi 18 juin, en direct du Bourget, à BFMBusiness. Il y a décrypté l'avenir des différents modèles de l'avionneur européen.

Depuis le Salon du Bourget -dont BFMBusiness est le partenaire-, Fabrice Brégier s'est félicité, ce 18 juin, de la commande par Doric Lease Corp, un loueur d'avions, de 20 A380.

Au micro de BFMBusiness, le directeur exécutif d'Airbus a cependant reconnu que les objectifs de vente de l'A380 n'avait pas été atteints sur l'année, et qu'il n'avait fait l'objet d'aucune commande en 2013, jusqu'à ce jour.

Airbus a-t-il décidé de brader l'appareil ? Non, assure Fabrice Brégier, pour qui ce modèle "subit toujours la crise". "Cette commande de 20 avions par une société de leasing devrait permettre aux compagnies aériennes qui hésitaient d'être conquises par l'A380", indique-t-il.

Pour le patron d'Airbus, la location est un bon moyen de relancer les ventes de son plus gros avion. Fondamentalement "il y a un marché pour ce type d'avions, compte tenu de l'augmentation du trafic, veut croire Fabrice Brégier.

Le succès de l'A350 embarrasse Boeing

L'A350, lui, n'a pas de problème de vente. D'après le directeur exécutif, il y en a 613 en carnet de commandes. Cet appareil, qui n'est pas encore homologué, a fait un vol test juste avant le Bourget, dont les résultats sont "très encourageants". Fabrice Brégier se félicite par ailleurs que le succès de ce modèle dans ses trois versions "oblige Boeing à faire évoluer deux types d'appareils : son 787 et son 777".

Enfin il croit toujours à l'avenir de l'A330. Vu comme un appareil d'ancienne génération, il a pourtant "son marché" indique le directeur général d'Airbus. "Il est très compétitif par rapport au 787. On continuera à en vendre longtemps", assure-t-il.

N.G. et BFM Business