BFM Business

Duster tire les ventes de Renault à l'international

Le Duster, 4X4 à bas coût de Renault, va connaître un relooking à la rentrée.

Le Duster, 4X4 à bas coût de Renault, va connaître un relooking à la rentrée. - -

Le Duster, un 4X4 low cost, est devenu le porte-étendard de Renault à l’étranger, en seulement trois ans. Véhicule le plus vendu, devant la Clio, il permet au groupe français de compenser quelque peu la morosité du marché européen.

Renault a publié, ce vendredi 12 juillet, ses résultats commerciaux pour le premier semestre. Sans être au niveau de PSA, qui a affiché un repli de 10%, les ventes mondiales de Renault ont reculé de 1,9% sur les six premiers mois de l'année. Le constructeur a vendu 1,3 million de véhicules sur cette période.

Comme l'ensemble des constructeurs, Renault marque le pas en Europe. Et les ventes à l'international, qui progressent de 4,3%, ne compensent pas encore la faiblesse du marché européen. Si Renault résiste mieux que son concurrent direct, c'est en grande partie grâce à son offre low cost et plus précisément au Duster.

Une marge de 10% pour Renault sur le Duster

Le 4X4 à bas coût est de plus en plus important pour Renault, notamment pour gagner des parts de marchés. Le Duster est aujourd'hui le véhicule de Renault le plus vendu à travers le monde. Il dépasse la Clio qui occupait cette position jusqu'à présent et 75 % des ventes sont réalisées en dehors du marché européen.

Duster contribue donc largement à l'internationalisation de Renault dans des pays comme le Brésil, l'Inde ou encore la Russie. Dans ces pays, il est commercialisé sous la marque Renault et non Dacia, ce qui permet à toute la gamme Renault de gagner en visibilité.

C'est aussi un modèle très rentable. Avec une marge de 10%, c’'est plus que le reste de la gamme low cost. Duster est donc aujourd'hui la cash machine de Renault.

Pour continuer à surfer sur ce phénomène. Le Duster va bénéficier d'un léger changement de style à la rentrée. Une manière pour Renault de prolonger la vie de ce modèle devenu incontournable pour le groupe en seulement trois ans.

Mathieu Sevin et BFMbusiness.com