BFM Business

DRH brutalisé: "Ce n'est pas le visage d'Air France", regrette le PDG

Invité de BFMTV lundi, Frédéric Gagey est revenu sur les violences ayant émaillé le Comité central d’entreprise plus tôt dans la journée. Et s’est montré confiant en l’avenir, malgré les difficultés de la compagnie.

Alors qu’Air France fait face à une crise sans précédent et s’apprête à pousser près de 3.000 personnes vers la sortie, le PDG de la compagnie s’est voulu confiant en l’avenir.

Invité de BFMTV lundi, Frédéric Gagey a en effet dû répondre aux inquiétudes grandissantes des observateurs du secteur: Air France va-t-elle disparaître? "Je ne pense pas, c’est une compagnie extraordinaire. Il faut poursuivre sur notre lancée", a d’abord lancé le dirigeant, avant de se montrer plus affirmatif : "Air France ne disparaîtra pas".

Un peu plus tôt, Frédéric Gagey avait logiquement dû commenter les incidents de la matinée, qui ont vu cinq cadres et deux vigiles molestés par des manifestants. "Ce ne sont pas des responsables syndicaux mais a priori ce sont des salariés d’Air France", a-t-il indiqué, tout en rappelant qu’une plainte avait été déposée. "Ce n’est pas le visage d’Air France", a-t-il regretté. En outre, "ces images scandaleuses ne traduisent pas ce qu’est le dialogue social".

Le vigile gravement blessé va mieux

Le dirigeant s’est également voulu rassurant concernant l’état de santé du vigile gravement blessé durant ces incidents. Celui-ci est "sorti du coma, la situation est en train de revenir à la normale", a-t-il indiqué.

Malgré tout, le PDG de la compagnie a assuré que le dialogue n’était pas totalement rompu. "Nous sommes prêts à reprendre toutes les discussions avec les partenaires sociaux dès lors que nous avons l’impression que de vraies propositions, une vraie compréhension de ce dont la compagnie a besoin, est prise en compte par nos interlocuteurs.(…)Il est toujours temps de réfléchir à l’évolution d’Air France", a-t-il assuré.

Y.D.