BFM Business

Douche froide pour les salariés de GM&S

L'usine compte 277 salariés.

L'usine compte 277 salariés. - Pascal Lachenaud - AFP

Les repreneurs potentiels de l'équipementier automobile avaient jusqu'à mercredi 7 juin pour déposer leur offre. Et, ce jeudi, les syndicats annoncent qu'aucune offre de reprise ferme n'a été envoyée dans les délais prévus.

Les salariés de GM&S n'en savent toujours pas plus sur leur avenir. Les repreneurs potentiels pour le site de la Souterraine (Creuse) avaient jusqu'au mercredi 7 juin 17 heures pour déposer leur offre. Ce jeudi, les syndicats viennent d'annoncer qu'il y a pas eu d'offre de reprise ferme dans les délais.

"Le résultat, c'est qu'il y a zéro offre, donc on se fout de notre gueule", a déclaré devant la presse Patrick Brun, délégué CGT du site de La Souterraine (Creuse), à l'issue d'une assemblée générale des salariés convoquée après un comité d'entreprise. "Il y a juste eu un échange de mails" avec le leader français de l'emboutissage GMD, "mais on ne peut pas considérer ça comme une lettre d'intention", a précisé Yann Augras, secrétaire du CE de GM&S. Le tribunal de commerce a d'ailleurs accepté de recevoir des offres jusqu'à sa prochaine audience, prévue le 23 juin, selon des sources concordantes proches du dossier.

Troisième redressement judiciaire

"Il y a plusieurs marques d'intérêt", affirmait pourtant la CGT métallurgie qui en mentionnait cinq, voire six.

Les 277 salariés vivent depuis décembre leur troisième redressement judiciaire en huit ans. "Piégé" puis occupé pendant deux semaines par les salariés, le site d'emboutissage, soudure et assemblage a été "déminé" et le travail y a repris depuis le 29 mai. Mais il "tourne au ralenti", selon la CGT, en raison d'un manque de containers -que doivent fournir les constructeurs automobiles, principaux clients- utilisés pour livrer les pièces.

Les représentants CGT du personnel de l'équipementier automobile creusois GM&S Industry ont annoncé jeudi qu'ils seraient reçus vendredi en fin de journée par le président Emmanuel Macron, à l'occasion d'un déplacement du chef de l'Etat en Haute-Vienne. "Une délégation sera reçue à la sous-préfecture de Bellac (Haute-Vienne) vendredi 9 juin à 19H00 par le président de La République Emmanuel Macron", indiqué un communiqué des représentants CGT de GM&S en fin de journée jeudi. Interrogé à plusieurs reprises par l'AFP, l'Elysée se refusait jeudi soir à tout commentaire sur cette rencontre.

D. L. avec AFP