BFM Business

Des métros qui circulent toute la nuit le week-end: ça coince à Londres!

Le métro, qui fermait ses portes à 1h du matin maxium le week-end, va désormais rouler toute la nuit

Le métro, qui fermait ses portes à 1h du matin maxium le week-end, va désormais rouler toute la nuit - LEON NEAL / AFP

Nouvelle grève ce mercredi dans le métro londonien. Les syndicats réclament des augmentations de salaires avant la mise en place d’un service de nuit à la rentrée. Une situation qui sera suivie de près par la Mairie de Paris.

Pouvoir se déplacer 24/24h en métro le week-end, une perspective qui réjouit les noctambules londoniens, beaucoup moins les conducteurs de machines. Ils lancent ce mercredi après-midi leur deuxième mouvement social de l’été. A compter de 18h30, plus aucun métro ne circulera dans la capitale britannique et ce, pour une durée de 24 heures. On risque d'assister aux mêmes scènes que le 9 juillet dernier, avec des millions de passagers entassés dans les bus ou sur les routes.

Faire pression 

"Nous regrettons vraiment les perturbations que cela va causer mais la responsabilité en revient au maire (de Londres, Boris Johnson, NDLR) qui insiste pour que le service de nuit soit lancé le 12 septembre au lieu de nous donner davantage de temps pour négocier", explique le syndicat Aslef.

Ils aimeraient que le lancement du "night tube" soir reporté pour obtenir des compensations salariales. A l'avenir, les lignes vont circuler toute la nuit les vendredis et samedis alors qu'elles fermaient jusqu'ici entre 23 heures et 1 heure du matin. Un changement de rythme de travail qui va mettre en péril l'équilibre vie privée/travail des employés. En juillet, le gestionnaire du métro, London Underground (LU) leur avait proposé une augmentation de 2%, offre qui a été refusée.

Paris plus frileux

Ce bras de fer social risque de trouver un écho particulier à Paris. Anne Hidalgo s'était engagée pendant sa campagne à mettre en place "un réseau structurant 24h/24, le week-end et à terme en semaine", promesse réitérée sur le plateau de RMC et BFMTV. "Ce que j'ai demandé à la RATP et au président de la région Île-de-France, c'est de permettre chaque année de gagner une heure", déclarait-elle en février dernier.

L'idée serait de commencer l'extension des horaires de nuit par les lignes de métro automatiques (lignes 1 et 14) "où il y a moins de personnel engagé". Faire rouler des métros toute la nuit à Paris coûterait environ 40 millions d'euros par heure de trafic supplémentaire, selon les dernières estimations du Stif.

Ch.L.avec AFP