BFM Business

Daimler va lancer un service de minibus à la demande en Europe

Daimler s'est associé avec la start-up américaine Via pour lancer un service de minibus à la demande en Europe.

Daimler s'est associé avec la start-up américaine Via pour lancer un service de minibus à la demande en Europe. - Daimler

Daimler investit 50 millions d'euros dans une coentreprise avec la start-up américaine Via pour lancer en Europe un service de minibus avec chauffeur à la demande. Londres sera la première ville desservie.

Le groupe Daimler continue d'investir dans les nouveaux services et usages de la mobilité urbaine en voiture. Déjà actif dans l'autopartage avec Car2Go et dans la réservation de taxi avec l'appli Mytaxi, le constructeur allemand va lancer en Europe avec la start-up américaine Via, un service privé de minibus avec chauffeur, à la demande.

Mercedes-Benz Vans a investi 50 millions de dollars dans une coentreprise créée pour l'occasion avec ce partenaire. Son objectif est d'installer en Europe les services de Via, déjà disponibles à New York, Chicago et Washington D.C, dans les rues des grandes villes européennes. Outre-Atlantique, Via gère un million de courses par mois.

Des vans Vito et V-Class seront utilisés à Londres

Le nouveau service de Daimler concurrencera à la fois les taxis classiques et les services de chauffeurs de type VTC comme Uber. Il débutera ses activités européennes à Londres d'ici la fin 2017 en utilisant des versions adaptées des vans Vito et V-Class du constructeur allemand. Le service fonctionnera en embarquant plusieurs passagers prêts à réserver et à partager ces véhicules le temps d'un trajet pour se rendre à la même destination.

L'initiative de Daimler suit de quelques semaines celle de Ford aux États-Unis. Le constructeur automobile américain, qui a racheté la start-up Chariot en 2016, avait lancé cet été un service de minibus à la demande à New York utilisant ses propres estafettes de 14 places.

Comme ils ont su le faire avec leurs services financiers, les industriels de l'automobile entendent ne plus se cantonner à la production de véhicules. Tous misent désormais aussi sur l'essor des services numériques de transport et de mobilité en voiture et tentent d'anticiper les nouveaux usages.

Frédéric Bergé