BFM Business

Daimler rattrapé par la crise de l'automobile en Europe

Le patron de Daimler Dieter Zetsche (à droite) et le directeur financier Bodo Uebber (à gauche)

Le patron de Daimler Dieter Zetsche (à droite) et le directeur financier Bodo Uebber (à gauche) - -

Le constructeur allemand a revu à la baisse la prévision de résultat opérationnel de sa filiale Mercedes, ce vendredi 21 septembre. Daimler dit être touché par la crise du marché européen qui avait jusque-là plutôt épargné les marques haut de gamme allemandes.

Le haut de gamme allemand, jusque-là préservé, serait-il la prochaine victime du repli du marché européen de l’automobile ? La question se pose après les annonces de Daimler, ce vendredi 21 septembre.

L’entreprise allemande, fabricant des voitures Mercedes-Benz et Smart, a ainsi abaissé sa prévision de résultat opérationnel. Conséquence : selon le Financial Times Deutschland, le patron de Daimler, Dieter Zetsche, préparerait un plan d’économie d’environ un milliard d’euros chez Mercedes. 

La direction, qui ne confirme pas l'information du quotidien économique allemand, évoque le "marché reste faible en Europe" et la "forte concurrence chinoise". Il est vrai que les immatriculations de véhicules neufs ont reculé de plus de 6,5% depuis le début de l’année en zone euro.

Mais pour les analystes de Citigroup, les constats de Daimler "ne sont pas nouveaux". "Mercedes est simplement en train d'accepter la réalité, à savoir que les marges ont atteint un sommet, que la demande ralentit et que la pression sur les prix s'accroît".

Daimler loin de ses rivaux

Les autres constructeurs hauts de gamme allemands avaient jusque-là très bien résisté à cette crise européenne. BMW avait présenté des ventes globales record au premier semestre 2012, avec plus de 900 500 véhicules vendus de janvier à juin. Audi avait également démontré sa bonne santé, avec un chiffre d’affaires en hausse de plus de 16%, toujours au premier semestre.

Cela dit ces derniers ne sont pas non plus à l’abri. "L'avertissement sur résultat du groupe pourrait être un signe avant-coureur de mauvaises nouvelles en provenance d'autre groupes automobiles", considère ainsi Frank Schwope, analyste de la banque Nord/LB.

Reflet de cette inquiétude, BMW a chuté en Bourse après les annonces de Daimler, reculant de plus de 3,3% en début d’après-midi. Le cours du constructeur allemand s’est toutefois ressaisi pour clôturer en légère hausse.

Julien Marion et AFP