BFM Business

Coup dur pour Airbus et son A380

À partir de 2018, les livraisons du super jumbo seront réduites à 12 exemplaires par an contre 27 cette année, notamment à cause de la faiblesse des prises de commande.

Si Airbus affiche un bel optimisme au salon de Farnborough, son carnet de commandes de l'A380 stagne désespérément à 319 exemplaires. L'avionneur est très loin des 1.200 commandes espérées au lancement du programme.

L'avion est victime de sa taille: il est d'une part difficile de le remplir. De l'autre, l'appareil rencontre souvent des problèmes techniques. Un véritable casse-tête pour les compagnies qui se retrouvent avec plus de 500 passagers à gérer à l'autre bout du monde.

Vers une déclinaison neo de l'A380?

Il reste encore 126 appareils à livrer. Airbus a donc décidé de lisser les livraisons sur plusieurs années pour se donner plus de temps avant de trancher sur l'avenir du paquebot des airs. La question est de savoir s'il faut stopper le programme ou lancer une déclinaison neo de l'A380.

Une version ultra économe permettrait en effet à cet avion de mieux concurrencer les longs courriers de dernière génération, comme l'Airbus A350 et le Boeing triple 7. Emirates fait ainsi pression depuis des mois sur Airbus pour un A380 neo. Car avec 142 exemplaires dans sa flotte, le premier client de cet avion entend bien poursuivre sa stratégie de croissance avec les très gros porteurs.

Tom Enders se veut rassurant

"Nous sommes tous plutôt optimistes quant aux perspectives à long terme pour l'A380 et j'espère que cela ne durera qu'un an ou deux, puis nous pourrons à nouveau augmenter les rythmes de production", a déclaré le PDG d’Airbus Tom Enders, en marge du salon de Farnborough.

Mathieu Sevin