BFM Business

Chute spectaculaire du nombre de morts sur les routes

-

- - -

Les chiffres du nombre de tués sur les routes au mois de septembre ont été publiés, et la baisse est exceptionnelle : -25% par rapport à septembre 2007.

Le nombre de tués sur les routes a baissé de 25% au mois de septembre, par rapport à septembre 2007 (320 contre 428). C'est du jamais vu pour ce mois de rentrée depuis 5 ans. Le nombre de blessés enregistre pour sa part une baisse de près de 21%.

Pour Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire, « ces résultats sont une nouvelle preuve que chaque usager de la route a le pouvoir de sauver des vies en adoptant une conduite responsable et respectueuse des règles ». Jean-Louis Borloo appelle chaque Français à maintenir une vigilance constante lors de ses déplacements, pour éviter des drames et épargner des vies.

Comment expliquer ces chiffres ?

Côté officiels, aucune explication n'a été apportée à ces chiffres en dehors du communiqué de Jean-Louis Borloo. Pour Pascal Pennec, rédacteur en chef adjoint du magazine Auto Plus, « ces chiffres sont peut-être liés à l'activité et à la façon dont roulent les Français. Le président de l'Union Française des Industries Pétrolières avait annoncé au mois d'août un recul de près de 10% de la consommation de carburant. Est-ce que ce recul de la consommation a continué en septembre ? C'est tout à fait possible. Et évidemment, moins on roule et moins on roule vite, moins il y a d'accidents ».

Pour Charles Mercier-Guyon, secrétaire du conseil médical de la prévention routière, « il y a une raison économique à ces chiffres, mais l'essentiel est dû au fait que les nouveaux comportements sont passés dans les mœurs. Par exemple, la vitesse sur autoroute : beaucoup de gens roulent à 120 ou 130 km/h au maximum, et non pas au minimum. Cette habitude devient durable, et elle agit jour après jour sur les statistiques d'accidents ».

Il n'en reste pas moins qu'au delà des comportements routiers, quelques données statistiques peuvent aussi venir expliquer ce chiffre excellent : tout d'abord les conditions météos, qualifiées par les experts de « neutres » cette année (alors qu'elles étaient « défavorables » en 2007) et le fait que le week-end de retour de vacances a eu lieu en août et non en septembre comme en 2007.

La rédaction et Céline Pitelet