BFM Business

Ces nouvelles règles sanitaires qui vont s'appliquer aux taxis G7 avec le déconfinement

Sur BFM Business, Nicolas Rousselet, le patron des taxis G7, détaille le protocole sanitaire que la compagnie parisienne est en train de mettre en place.

De quel équipement les taxis parisiens vont-ils se doter à partir du 11 mai pour éviter tout risque de contamination entre chauffeurs et passagers? Dans l'émission Good Morning Business ce jeudi, le patron des taxis G7 Nicolas Rousselet - qui observe depuis quelques jours une légère reprise de l'activité - a tenu à mettre en exergue un protocole sanitaire qui vise à faire en sorte que le taxi devienne le moyen de transport le plus sécurisé d'Île-de-France.

Quelle stratégie à partir du 11 mai?

"Le taxi pour retrouver des couleurs doit être le mode de transports le plus sûr, aussi sûr qu'une voiture individuelle, c'est ça notre objectif", explique le patron de la compagnie.

"Donc la reprise, elle sera sans doute longue, progressive, mais en même temps on est très confiants. Aujourd'hui, on a 2.000 chauffeurs taxis G7 qui se sont équipés d'une cloison de séparation entre le chauffeur et le passager. Aujourd'hui, on a des lingettes hydroalcooliques qui sont en train d'être mises en place. (…) Tout est mis en place pour rassurer le client, rassurer le chauffeur. (…) Il faut mettre le maximum sur le protocole sanitaire pour protéger le client qui monte dans la voiture", estime-t-il.

Des parois amovibles entre le client et le chauffeur

Actuellement, G7 monte entre 100 et 150 parois amovibles en plastique par jour. "Ce n'est pas du plexiglass, c'est vraiment une bâche souple qui protège le chauffeur et le client", poursuit le dirigeant qui explique que cette mise en place s'opère de façon progressive.

"G7 est en train de "travailler sur un protocole pour désinfecter les voitures entre chaque course", poursuit Nicolas Rousselet. "Nous, on a mis en place des protocoles à l'ozone, de désinfection à l'ozone, on a acheté des machines pour désinfecter le véhicule. (…) Le protocole sanitaire sur lequel on est en train de travailler pour le déconfinement est un protocole dans lequel le chauffeur s'engage à ventiler et désinfecter le véhicule entre chaque course et chaque client. Pour autant, ce protocole ne sera pas imposé aux chauffeurs qui travaillent en tant qu'indépendants", précise-t-il.

"C'est une adhésion du chauffeur. (…) Mais il est très conscient que le monde de demain, le premium de demain – et G7 est un premium – la qualité, l'excellence, elle doit aussi être sanitaire. Et c'est vrai que, de plus en plus, les taxis sont en train de se mobilier pour équiper leurs voitures", conclut le PDG.

Julie Cohen-Heurton