BFM Business

Ces 1 001 gares que la SNCF veut réinventer

La SNCF veut valoriser ses petites gares

La SNCF veut valoriser ses petites gares - RAYMOND ROIG / AFP

Pour redonner un coup d’éclat, rapprocher l’offre et la demande, mais surtout mettre en conformité une grande partie des gares françaises, une filiale de la SNCF vient de lancer un appel à projets baptisé « 1 001 gares ».

Elle se nomme Gares & Connexions. Il s’agit d’une filiale de la SNCF. Et elle a une ambition : celle de mettre à la disposition de porteurs de projets les mètres carrés disponibles qui contiennent un petit millier de gares situées en France. Gares & Connexions a, en effet, pris le parti de redonner à ces dernières un peu de lustre. 20 millions d’euros de fonds propres ont ainsi déjà été débloqués pour remettre très rapidement et dans un premier temps au goût du jour pas moins de 296 gares.

Il faut dire que la tâche s’annonce importante. En France, on recense 2 993 gares pour près de 35 000 communes. Si 400 gares contiennent 89% du flux quotidien de voyageurs et au moins un commerce, 1 500 ne sont équipées que d’un seul et unique quai.

Entre les deux, se trouve un petit millier de gares que fréquentent quotidiennement 300 personnes en moyenne et qui se parent d’un bâtiment voyageurs. C’est là que la filiale de la SNCF entre jeu. Puisque c’est précisément ce millier d’espaces que la filiale du géant ferroviaire tricolore envisage d’exploiter dans le cadre de son appel à projets « 1 001 gares ».

Selon Claude Solard, le directeur général de Gares & Connexions, il est clair qu’« un espace public inoccupé renvoie une mauvaise image… Beaucoup de nos collègues dans les territoires ont remarqué qu'il y avait déjà des demandes et des initiatives locales ».

Appétit et demande aiguisés

Dans ce millier de gares, les espaces dont il conviendrait de s’occuper vont de 10 à 1 000 mètres carrés. Soit 200 m² de place disponible en moyenne. De quoi donner à certains acteurs locaux l’envie d'y installer des espaces de coworking par exemple ou d'y vendre des produits régionaux. Un virage que la communauté d'agglomération de Saint-Omer (Pas-de-Calais) a, pour sa part, déjà choisi d’emprunter puisqu’elle envisage d'ouvrir en novembre prochain, 3 000 mètres carrés de bureaux partagés au sein même de la gare.

Pour Claude Solard, il apparaît clairement qu’il y a non seulement « un appétit », mais aussi « une demande ». « C'est pourquoi nous voulons rapprocher l'offre et la demande, faciliter les procédures et donner un coup de pouce financier », insiste-t-il. Ainsi, depuis vendredi 28 juin, les porteurs de projets peuvent déposer un dossier sur la plateforme 1001gares.fr dédiée à cet effet. Ils seront, ensuite, recontactés par un chef de projet régional qui étudiera précisément leur demande.

Donnant-donnant

De son côté, Gares & Connexions a déjà débloqué 20 millions d'euros de fonds propres en vue de mettre en conformité les gares, notamment au niveau de l'alimentation électrique.

En contrepartie de ce fonds d'amorçage, la SNCF devrait demander des loyers « à la hauteur des projets ». Histoire de rembourser les frais d'investissement et de couvrir ceux de fonctionnement. D’où le fait que le directeur général de Gares & Connexions espère recevoir le plus de demandes possibles.

Techniquement, 296 gares pourraient être rapidement remodelées. Claude Solard table sur 100 projets réalisables « d'ici à fin 2019 » et sur un premier bilan qui devrait avoir lieu à l’automne 2020