BFM Business

Cars Macron: Transdev perd son combat juridique contre la SNCF

Transdev, initialement leader du marché avec ses marques Isilines et Eurolines, a vu sa situation se détériorer rapidement, estime l'Autorité de la Concurrence

Transdev, initialement leader du marché avec ses marques Isilines et Eurolines, a vu sa situation se détériorer rapidement, estime l'Autorité de la Concurrence - Eric Piermont-AFP

Saisie par Transdev, l'Autorité de la concurrence ne trouve rien à redire à la façon dont le groupe SNCF s'est imposé comme le numéro 2 des voyages en autocar.

Sur le marché des autocars, la SNCF et sa marque Ouibus n'ont pas cherché à évincer des concurrents. Saisi par Transdev qui dénonçait des pratiques du groupe public de transport, le gendarme de la concurrence rejette à la fois la saisine au fond ainsi que la demande de mesures conservatoires.

C'est un démenti aux allégations de Transdev, dont la situation concurrentielle s'est dégradée alors qu'il était leader à l'ouverture à la concurrence du marché en août 2015 avec ses marques Eurolines et Isilines.

Le plaignant arguait de subventions croisées entre les activités en monopole de la SNCF et ses activités en concurrence sur le transport interurbain par autocars. De même, il mettait en cause des tarifs de prédation ou d'éviction et le couplage entre ses offres ferroviaire et de transport par autocar, consistant en un coupon de 10 euros par an, à valoir sur un trajet Ouibus, pour l'achat de la carte jeune SNCF.

Transdev invité à s'inspirer de Flixbus

L'Autorité a constaté que "ni l'existence de tarifs prédateurs ou d'éviction, ni les prétendus comportements commerciaux relatifs à des surcapacités mises en place ou aux investissements marketing ne sont confirmés par le dossier".

Elle jette aussi un pavé dans la mare de Transdev, réfutant que l'utilisation de la marque SNCF par Ouibus serait susceptible de lui conférer un avantage concurrentiel non reproductible par ses concurrents, "comme le montre en particulier la progression rapide de l'opérateur Flixbus, qui ne disposait d'aucune notoriété sur le marché français lors de son arrivée sur le marché".

"Flixbus s'est développé fortement jusqu'à devenir leader du marché au cours du deuxième trimestre 2016. Ouibus est actuellement en deuxième position" assène le gendarme de la concurrence à Transdev, passé troisième.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco