BFM Business

Bruxelles approuve sous conditions le rachat d'Arianespace

Alain Charmeau, le patron d'ASL, en compagnie de Stéphane Israel, le directeur général d'Arianespace.

Alain Charmeau, le patron d'ASL, en compagnie de Stéphane Israel, le directeur général d'Arianespace. - Kenzo Tribouillard - AFP

La Commission européenne a validé l'acquisition d'Arianespace par Airbus Safran Launchers, à condition que les deux parties tiennent leurs engagements.

Bruxelles a approuvé l'acquisition d'Arianespace par Airbus Safran Launchers (ASL), a indiqué mercredi la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager. 

"Une industrie du satellite et des lanceurs qui fonctionne bien est importante pour garantir que les compagnies et les institutions européennes pourront avoir accès à l'espace dans des conditions compétitives", a-t-elle expliqué dans un communiqué. "Les engagements offerts par ASL (entreprise commune contrôlée à parts égales par Airbus et Safran, NDLR) assurent qu'après sa reprise d'Arianespace, tous les acteurs de cette industrie continueront à être motivés pour innover".

Bruxelles craint un recul de l'innovation

En février dernier, la Commission avait ouvert une "enquête approfondie" sur l'acquisition d'Arianespace par ASL, conformément au règlement européen sur les concentrations. Pour justifier l'ouverture d'une enquête, l'exécutif européen avait fait part de ses craintes que "l'opération envisagée n'entraîne un recul de l'innovation et une hausse des prix sur les marchés des satellites et des services de lancement".

Le feu vert de la Commission est "conditionnel à la mise en oeuvre des engagements offerts par les (deux) compagnies pour répondre à ces craintes", a souligné la commissaire européenne.

Y.D. avec AFP