BFM Business

Ayrault approuve le report des projets de lignes TGV

Jean-Marc Ayrault approuve le rapport Duron, qui préconise le report des projets de lignes à grande vitesse.

Jean-Marc Ayrault approuve le rapport Duron, qui préconise le report des projets de lignes à grande vitesse. - -

Jean-Marc Ayrault a annoncé, ce jeudi 27 juin, qu'il approuvait le rapport Duron préconisant le report de plusieurs investissements dans les transports, et notamment les lignes à grande vitesse. Seule la liaison Bordeaux-Toulouse verrait le jour d'ici à 2030.

Jean-Marc Ayrault a déclaré qu'il partageait les recommandations du rapport Duron, sur l'avenir des grands projets d'infrastructures de transport, qui doit être rendu officiellement ce jeudi 27 juin.

Le rapport de la commission Mobilité 21, présidé par Philippe Duron, député PS du Calvados, fait le tri parmi les projets du "Schéma national des infrastructures de transport", le SNIT. Ce dernier, établi sous le précédent gouvernement, comporte 70 projets, pour un total de 245 milliards d’euros sur 25 ans.

Un besoin de financement que le gouvernement est incapable d'assurer. Jean-Marc Ayrault a accusé le gouvernement Fillon d'avoir commis "une erreur et un mensonge", dans une interview au magazine spécialisé L'Usine Nouvelle. Selon lui, le rapport Duron "sort de ce mensonge et fait un diagnostic précis, que je partage, de nos besoins de transport".

Privilégier la proximité et la rénovation

Sur les 70 projets du SNIT, qui concernent le transport routier, ferroviaire et fluvial, la commission n'a sauvé que les projets les urgents. La construction de lignes à grandes vitesse serait reportée après 2030, au profit de l’aménagement de lignes existantes et de certains gros nœuds, à Paris, Marseille et Lyon. Seule la ligne TGV entre Bordeaux et Toulouse est sauvée.

Le rapport privilégie ainsi les liaisons de proximité et le désengorgement plutôt que la rapidité des trajets. Le renouvellement et la rénovation des infrastructures existantes ont été jugées plus urgents par la commission Mobilité 21.

Le rapport considère deux scénarios budgétaires: celui à minima d'un investissement de deux milliards d'euros par an d'ici à 2030, et celui où 400 millions d'euros supplémentaires par an serait alloués.

Rassurer des élus locaux inquiets

Les élus locaux, inquiets de l’abandon de projets de lignes TGV, notamment dans le Sud et l’Est de la France, sont déjà montés au créneau. Les élus alsaciens, de droite comme de gauche, ont adressé, lundi 24 juin, une lettre à François Hollande contre le report de la ligne Rhin-Rhône.

Face à ces inquiétudes, Jean-Marc Ayrault a tenté de rassurer, en rappelant que "le pays est largement maillé, par des voies ferrées et des autoroutes qu’il faut rénover".

Il a affirmé que "des moyens" seront mis dans les transports, mais "la question est de savoir de quels types d’investissements nos territoires ont le plus besoin à court et moyen terme", a-t-il conclut.

A LIRE AUSSI:

>> Transport: la commission Mobilité21 va faire le tri dans les projets

>> Rhin-Rhône: la construction des LGV reportée à 2030?

A.D. avec AFP