BFM Business

Automobile: le marché français en hausse de 8,30% en juin

Les ventes de voitures particulières expliquent notamment ces bons chiffres, avec une hausse de 9,22% des immatriculations le mois dernier.

Les ventes de voitures neuves en France ont suivi en juin la courbe des températures: elles ont fortement grimpé. Le mois dernier, les ventes de véhicules légers (voitures particulières et utilitaires) ont ainsi augmenté de 8,30%, avec 300.307 véhicules immatriculés. "Nous avons eu un mois de juin assez exceptionnel", a confié un porte-parole du Comité des Constructeurs Français d'Automobiles (CCFA) à l'AFP.

Cette hausse est surtout tirée par les ventes de voitures particulières: +9,22%, soit 252.222 nouvelles voitures mises sur la route (contre 230.000 en juin 2017).

Les marques françaises se portent bien

Les premiers bénéficiaires de cette hausse sont les marques françaises, le groupe PSA en tête (+19,15 % d’immatriculations de voitures particulières supplémentaires, notamment grâce à l'arrivée d'Opel dans ses chiffres.). Citroën semble notamment profiter de l’arrivée sur les routes du petit SUV C3 Aircross, avec des ventes en hausse de 11,08%.

Peugeot croit plus doucement, grâce à ses SUV best-seller: 2008, 3008 et 5008. 42.885 nouvelles Peugeot ont pris la route le mois dernier, soit une hausse de 4,61%. A noter la belle progression de DS. Si les ventes restent limitées en volume (3.190 voitures en juin), la marque progresse de 38,7%. Le nouveau SUV DS7 Crossback aurait-il enfin trouvé son public?

Le Groupe Renault se porte également très bien, avec des ventes en hausse de 15,65%. Dacia voit en particulier ses ventes fortement progresser: +28,22%.

A la recherche du meilleur rapport qualité-prix

Les marques à coûts et prix contraints sont d’ailleurs les grandes gagnantes de ce mois de juin, preuve que si les Français n’ont jamais payé aussi cher une voiture neuve (environ 27.000 euros en moyenne), leur portefeuille n’est pas extensible à l’infini.

Les ventes de Skoda, Seat, Kia ou encore Fiat progressent ainsi toutes de 20 à 50%. Malgré des volumes encore réduits (3.391 voitures immatriculées en juin), la marque espagnole profite par exemple d’une hausse de 50,58% de ses ventes. Ventes privées avec 20% de remise, nouvelle génération de la compacte Ibiza, arrivée du SUV Arona, Seat a boosté en juin sa politique commerciale, de bonne augure pour les mois à venir.

En général, sur les six premiers mois de l’année, toutes ces marques au rapport qualité/prix intéressant ont fortement progressé. Fiat a ainsi augmenté ses ventes de presque 20%, tout comme Kia ou Hyundai, qui atteint même une hausse de 25%.

Le premium en difficulté

A l'autre bout du spectre automobile, les marques premium sont elles plus en difficulté. Les ventes d’Audi (-4,55%), BMW (-11,77%), Mercedes (-19,56%) ou Porsche (-19,21%) reculent. Audi chute ainsi de presque 14% depuis le début de l’année, subissant un creux dans la gamme offerte. BMW attend aussi le renouvellement de son best-seller, la berline Série 3, tandis que Mercedes attend les immatriculations de la nouvelle Classe A, l'une de ses meilleures ventes.

Le très haut de gamme se porte en revanche très bien: 35 Ferrari (au lieu de 30 en juin 2017) ont été immatriculées, 6 Lamborghini et 6 Rolls-Royce, contre seulement un exemplaire pour chaque marque il y a un an.

Pauline Ducamp