BFM Business

Atterrissage d'urgence d'Air France: l'A380, de rares incidents en 10 ans

Un gros porteur d'Air France a dû être dérouté samedi en raison d'une sérieuse avarie au niveau d'un des réacteurs, sans que ses 520 occupants ne soient blessés. Il s'agit néanmoins de l'un des rares incidents de cet avion d'Airbus qui peine par ailleurs à se vendre.

Les images sont impressionnantes. Samedi, un A380 d'Air France assurant la liaison entre Paris et Los Angeles a dû se poser en urgence en raison d'une sérieuse avarie. L'appareil a subi un important dommage sur l'un de ses quatre réacteurs forçant les pilotes à le dérouter vers l'aéroport de Goose Bay au Canada.

Un impair qui n'a pas fait de blessé parmi les 520 passagers du super jumbo. Mais ces derniers ont néanmoins posté sur les réseaux sociaux des images spectaculaires montrant à quel point le réacteur de l'avion avait subi d'importants dégâts.

"Il y a eu un gros boom, comme une explosion et l'avion s'est mis à vibrer, cela a été l'inconnu pendant quelques minutes. L'explication serait que la carcasse d'un des moteurs se serait détachée et du coup le moteur aurait été endommagé. On a eu la sensation que l'avion se prenait un mur ", témoigne auprès de BFMTV, Isabelle, une des passagers à bord du vol. Les causes exactes de l'incident sont encore inconnues.

Quatre incidents en deux ans

Si cette avarie a probablement dû marquer les passagers, l'A380 reste un avion dont la sécurité n'a pas énormément été mise à mal depuis son premier vol commercial, le 25 octobre 2007 avec Singapore Airlines.

"C'est un appareil sûr: en 10 ans on a enregistré quatre incidents (en plus de celui de ce samedi, NDLR) dont un au sol au roulage lorsque un A380 d'Air France avait heurté un petit avion à l'aéroport JFK de New York", assure Jean Serrat, consultant aéronautique de BFMTV. Plus grave: en 2010, un A380 de la compagnie australienne Qantas avait vu l'un de ses réacteurs exploser en plein vol.

"Là il y avait eu des blessés car des ailettes étaient entrées à l'intérieur de la cabine de l'avion en raison de la projection due à l'explosion", rappelle Jean Serrat.

Il convient toutefois de souligner que les Airbus de Qantas étaient équipés des réacteurs Trent 900 du groupe britannique Rolls Royce là où ceux des avions d'Air France, les GP7200, sont fabriqués par le consortium General Electric - Pratte&Whitney, spécialement conçus pour l'A380.

Des difficultés commerciales

Cet incident survient alors qu'Airbus peine à vendre l'A380. À l'heure actuelle, Airbus a enregistré 317 commandes sur cet appareil. 215 avions ont déjà été livrés et sont actuellement en circulation, dont 95 pour le principal client de cet avion, Emirates. Mais depuis le début de l'année, Airbus n'a enregistré aucune prise de commande sur l'A380, après déjà une année 2016 blanche.

En juin, Airbus avait tenté de donner une cure de jouvence à son super jumbo en présentant une version appelée A380Plus pour relancer ses ventes.

"Ses nouvelles ailettes de près de 5 mètres, présentes sur chaque aile, vont probablement permettre d'améliorer de 4% la consommation de fioul. Par ailleurs, au niveau de la cabine, nous avons la capacité d'embarquer quelque 80 passagers de plus. L'A380 était déjà le meilleur de sa catégorie et devient encore mieux. On espère que ce sera prouvé et approuvé par les acteurs du secteur", expliquait alors à BFM Business Tom Enders, le patron d'Airbus.

Julien Marion