BFM Business

Alstom: l'État ne compte pas augmenter sa participation

Alstom devra aussi vraisemblablement diversifier ses activités

Alstom devra aussi vraisemblablement diversifier ses activités - Sébastien Bozon - AFP

Le secrétaire d'État à l'Industrie Christophe Sirugue a indiqué sur RTL que le gouvernement n'entendait pas, pour le moment, augmenter sa participation dans le capital du groupe pour le contraindre à maintenir son activité transports à Belfort.

L'exécutif commence à évaluer les options qui sont à disposition. Ce lundi 12 septembre, François Hollande a tenu une réunion en présence du Premier ministre, Manuel Valls, et du ministre de l'Économie et des Finances, Michel Sapin, au sujet de l'avenir d'Alstom.

Le groupe a annoncé la semaine dernière son intention de transférer ses activités ferroviaires de Belfort à Reichshoffen (nord-ouest de Strasbourg), décision motivée par la baisse de ses commandes de l'ordre de 30% d'ici à 2018. 400 employés sont concernés par ce transfert, Alstom leur proposant de travailler sur d'autres sites du groupe.

Le gouvernement a levé le ton contre cette décision "inacceptable" et François Hollande a fixé un objectif à ses équipes: maintenir l'activité ferroviaire du groupe à Belfort.

Vers une diversification des activités?

Une possibilité pour l'État aurait pu être d'augmenter sa participation dans le capital du groupe dont il détient déjà 20%. Mais cette solution a été écartée ce lundi par le secrétaire d'État en charge de l'Industrie, Christophe Sirugue. "Aujourd'hui, ce n'est pas l'objectif sur lequel nous sommes", a-t-il déclaré sur RTL.

"L'objectif sur lequel nous sommes c'est de mettre autour de la table l'ensemble des acteurs pour travailler sur le carnet de commandes" et sur "une poursuite durable des activités sur le site de Belfort", a-t-il poursuivi. Il faudra également que le groupe "passe probablement aussi par une diversification des activités", fait valoir le secrétaire d'État.

J.M.